Coup d'oeil en biais

Jean-Marc Thystère-Tchicaya ne serait pas seul sur la sellette

Note utilisateur:  / 0

Piqué par un rapport de la Commission nationale de lutte contre la corruption, la concussion et la fraude, rendu public le 31 juillet par son président Lamyr Nguelé pour des détournements présumés survenus au sein de son ministère des Hydrocarbures, Jean-Marc Thystère-Tchicaya n’est pas le seul sur la sellette, si l’on en croit les informations de Jeune Afrique: «L’Inspection générale de l’État a auditionné à propos de leur gestion plusieurs anciens membres du gouvernement: François Ibovi et Georges Moyen (Santé), Hellot Matson Mampouya (Enseignement), ainsi que des responsables en fonction : Aimé Ange Bininga, ministre de la Justice (en tant qu’ancien collaborateur de Georges Moyen), Rosalie Matondo, sa collègue de l’Économie forestière, ou Rigobert Maboundou, actuel directeur de cabinet du Premier ministre, Clément Mouamba (en tant qu’ex-ministre de l’Agriculture)» Et qui encore?

Comme la SNDE, la SNE est bel et bien morte!

Note utilisateur:  / 0

Après les développements qui ont consacré les actes de décès de la SNDE et de la SNE, ces deux sociétés ont été dotées, récemment, d’un conseil d’administration comportant chacun 6 membres. Chaque conseil d’administration a, à son tour, nommé le président du conseil, le directeur général et le directeur général adjoint. Dernier acte qui confirme la mort des deux entreprises: elles sont désormais connues sous de nouvelles appellations: Electricité du Congo pour la SNE, La Congolaise des Eaux pour la SNDE. Mais, le mystère demeure sur le nom des éventuels repreneurs des deux entreprises dissoutes.

Remaniement ministériel : c’est pour bientôt? Qui est sur la sellette?

Note utilisateur:  / 0

Comme les années passées à la même période de l’année, la rumeur tend à accréditer l’idée d’un remaniement technique du Gouvernement, alors que rien ne semble poindre à l’horizon. Faut-il y croire? En tout cas, même dans les milieux du parti majoritaire où l’on n’aime pas aborder ouvertement cette question, les gens disent tout bas qu’ils sont déçus du Gouvernement et que la situation économique et financière étant ce qu’elle est, difficile, il est temps d’envisager sérieusement le remaniement du Gouvernement. Des élus le réclament. Plusieurs ministres seraient sur le siège éjectable. Là aussi, attendons voir.

Amnistie : on en parle…

Note utilisateur:  / 0

Depuis quelques jours, des rumeurs tendent à accréditer l’idée qu’il sera décidé d’une amnistie générale à l’occasion de la célébration du cinquante-huitième anniversaire de l’indépendance du pays, le 15 août. Denis Sassou Nguesso pourrait, si l’on en croit ce qui se dit à ce propos, la prononcer. Si l’on ignore pour le moment les contours de cette décision politique, l’on suppose que cette amnistie permettra aux leaders politiques de l’opposition emprisonnés de recouvrer leur liberté, et aux exilés d’entrer en négociation avec le pouvoir de Brazzaville en vue de leur retour au pays. On attend.


L’examen du dossier Congo disparaît de nouveau des tablettes du FMI

Note utilisateur:  / 0

A en croire un magazine africain paraissant à Paris, «alors que la situation économique du Congo-Brazzaville aurait dû être examinée par le conseil d’administration du FMI le 3 août, en vue d’un éventuel soutien financier, cet exercice a de nouveau été reporté sine die.» C’est la cinquième fois que l’examen de la situation du Congo est  repoussé. Initialement prévue pour le 6 juillet, puis pour le 11, la session avait ensuite complètement disparu de l’agenda du conseil d’administration du FMI. Elle était réapparue pour le 30 juillet, puis déplacée au 3 août. Le 31 juillet, cette session a de nouveau été retirée des tablettes, suscitant des interrogations.

Informations supplémentaires