Ces «piquets» où il faut tâter le porte-monnaie pour rouler tranquillement

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

On a beau les démentir, les faits accusent toujours leurs auteurs. Vers Maison Blanche, la route de Mayanga dans l’arrondissement 8 Madibou vous réserve encore des surprises. Et des plus désagréables: l’épouvantail réalité des piquets d’agents de la Force publique qui sont autant harceleurs que sources d’agacement. Pour rouler tranquillement à certaines heures de la journée ou de la nuit, les chauffeurs de minibus de transport public et même de véhicules personnels sont astreints à s’acquitter du droit de rouler. Qui a dit que cela était fini?

Informations supplémentaires