CHU et Université Marien Ngouabi : la désillusion

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Le Gouvernement avait promis aux travailleurs du Centre hospitalier et universitaire de Brazzaville (CHU-B) le paiement d’un deuxième mois d’arriéré de salaire quatorze jours après le premier qui leur a été versé il y a plus de deux semaines. Malheureusement, il n’a pas tenu promesse. Chaque jour qui passe plonge un peu plus les travailleurs du plus grand centre sanitaire du pays dans la désillusion. Et moins nombreux sont ceux qui croient que le Gouvernement Mouamba a la capacité de trouver rapidement solution à leurs difficultés financières. L’hôpital se meurt et cela ne semble émouvoir personne, ni le Gouvernement, ni le personnel qui se contentent du service minimum. «De même  qu’on ne peut soigner un malade par des promesses de guérison, on ne peut pas demander aux gens affamés de reprendre normalement le travail par des promesses, comme si l’on était toujours en campagne électorale», racontent  certains travailleurs du CHU-B. C’est la même désillusion pour les travailleurs de l’Université Marien Ngouabi qui, malgré un mois de salaire payé, conditionnent la reprise du travail au paiement d’au moins deux autres mois sur les cinq qu’on leur doit.


Informations supplémentaires