L’Université Marien Ngouabi, ce mal aimé?

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Les personnels de l’Université Marien Ngouabi ne comprennent pas ce qui se passe. Selon certaines indiscrétions, des fonds avaient été mobilisés par le gouvernement pour non seulement leur payer un ou deux mois d’arriérés de salaires mais aussi pour sauver l’année académique.
Ils en étaient certains. Et puis, plus rien; ils n’ont pas touché le moindre franc contrairement aux agents du CHU. Plus personne n’ose délier sa langue. Manque de volonté politique ou assèchement financier?
Une chose est sûre: les agents de l’université Marien Ngouabi tendent vers leur sixième mois d’arriérés de salaire. La grève persiste. Tant pis pour les milliers d’étudiants, incapables de s’offrir une inscription dans une université privée!


Informations supplémentaires