Une partie du matériel de travail du correspondant de RFI restitué!

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Correspondant de Radio France internationale (RFI) au Congo, Loïcia Martial faisait partie des journalistes molestés le 30 novembre dernier par des hommes armés en civil qui ont empêché la tenue dans l’enceinte du journal La Semaine Africaine à Brazzaville, de la conférence de presse de Maître Yvon Ibouanga. Le journaliste s’était vu ravir son matériel de travail: un bloc-notes estampillé RFI, un Smartphone de marque Huawei, un enregistreur, un micro et sa bonnette. Du matériel de travail dont RFI exigeait la restitution sans condition. La doléance de la «radio mondiale» a été entendue. Le 23 décembre, peu avant la cérémonie de signature, à Kinkala, de l’accord de cessez-le-feu et de cessation des hostilités dans le département du Pool entre le Gouvernement congolais et les représentants de Frédéric Bintsamou, alias pasteur Ntumi, le ministre de l’Intérieur Zéphirin Mboulou a remis au journaliste agressé son enregistreur, son bloc-notes, et un smartphone flambant neuf. «Je remercie les autorités d’avoir restitué mon outil de travail et leur demande de protéger les journalistes exerçant leur métier au Congo ou de passage au Congo. Si les journalistes sont touchés et menacés, ce n’est pas leur image qui est ternie, mais celle du pays», a commenté le journaliste. Et d’ajouter: «J’ai rendu compte à RFI qui m’a dit que c’est une bonne nouvelle. Mais, la restitution du matériel n’est pour moi qu’un demi-soulagement…Quand j’ai fait ma déposition à la police, le 5 décembre, elle m’avait promis une enquête sincère dont j’attends toujours les résultats. Mon vœu: que les auteurs de la bastonnade soient arrêtés et punis, conformément à la loi. Dans l’impunité, on ne peut pas construire un Etat de droit. La liberté de la presse et d’expression est le premier baromètre de la démocratie, avant la justice.»

Informations supplémentaires