Congo-B : Le FMI demande les patrimoines pétroliers des dirigeants

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

C’est le titre d’un article publié par le journal confidentiel Africa Intelligence. Selon ce journal, «la délégation du Fonds monétaire international (FMI) qui a séjourné fin décembre à Brazzaville a imposé une condition drastique en échange d’un éventuel soutien budgétaire au pays, exsangue». «L’institution a exigé que les dirigeants congolais lui soumettent une déclaration de patrimoine», précise-t-il. La mesure vise particulièrement les responsables «qui ont un intérêt dans le secteur pétrolier, notamment Denis Gokana, conseiller présidentiel et ancien directeur de la société nationale SNPC.» «L’interlocuteur du FMI au sein du Gouvernement, Lucien Ebata, qui occupe depuis août le poste de conseiller spécial de la présidence congolaise pour les financements extérieurs risque également d’être impacté: président et fondateur de la société de négoce pétrolier Orlon Oil, il dispose de nombreux contrats d’enlèvement et de fournitures pétroliers avec de produits pétroliers avec la SNPC qui lui doit des sommes importantes au vu des contrats passés», poursuit le journal qui estime que «le seul responsable pétrolier qui devrait réussir à tirer son épingle du jeu est Denis Christel Sassou Nguesso: depuis le mois de septembre, cet ancien responsable du secteur aval au sein de la SNPC n’a plus aucun poste officiel même si son influence reste prégnante au sein de la société nationale». Toujours selon Africa Intelligence, «le FMI a exigé que soient mises en place des autorités de régulation du secteur pétrolier. Actuellement, la SNPC cumule les rôles de société nationale et d’instance de régulation»  


Informations supplémentaires