Un défi perdu : la bataille de l’eau potable pour tous

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Un lecteur rappelle qu’en 2013, le Gouvernement avait promis de fournir de l’eau potable dès 2014 à tous les habitants de Brazzaville et de Pointe-Noire. Un engagement fondé sur la fin des travaux en 2014 de la deuxième usine de production d’eau de Djiri, au nord de Brazzaville, sa capacité étant estimée à 5250 m3/heure. Elle a coûté la bagatelle de 290 milliards de francs CFA, dont une partie apportée par la Chine dans le cadre d’un accord-cadre de coopération conclu en 2006.  «Six ans après, l’eau ne coule pas tous les jours des robinets, loin s’en faut. La pénurie d’eau à Brazzaville et à Pointe-Noire, les deux principales villes du pays où vit la moitié de la population congolaise, est une réalité incontournable. Et dans les zones rurales, à peine 15% des habitants ont accès à un réseau d’eau potable», fait-il remarquer. «Voilà la situation aujourd’hui»!