Comptabilité macabre de l’OCDH dans les prisons congolaises

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Dans son dernier rapport sur l’état des droits de l’homme au Congo, l’OCDH a révélé par exemple qu’une trentaine de décès ont été enregistrés dans la période 2017-2018. A Ouesso, par exemple, elle note 9 décès «pour cause de malnutrition». Et rien n’indique une prochaine amélioration, dit même l’organisme. L’OCDH affirme que les prisons congolaises sont surpeuplées et insalubres, que les conditions de détention se dégradent davantage et qu’il devient difficile d’avoir accès aux «prisonniers politiques».   


Informations supplémentaires