Florent Ntsiba : «De Lénine, je suis passé à Cicéron»

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Devant les sénateurs, vendredi 29 novembre dernier, le ministre d’Etat Forent Ntsiba s’est lancé dans une croisade contre l’arrogance. Il n’a pas hésité à donner son propre exemple et lequel? «Chaque matin, je lisais, avec arrogance, les communiqués du C.m.p». Ceux qui ont vécu la période du Comité militaire du parti, (au pouvoir de mars 1977 au 5 février 1979), savent qu’à l’époque, rien que sa voix de stentor, résonnait gravement dans les transitors des pauvres gens pris dans l’étau d’un régime brutal. Mgr Kombo (paix à son âme) ne disait-il pas qu’«il n’y a que les imbéciles et les morts qui ne changent pas»? Depuis, celui qui est devenu l’un des sages de la classe politique nationale, a avoué être passé «de Lénine à Cicéron». Il faut connaître l’orateur, l’avocat et homme politique romain, pour comprendre la profondeur de la confession publique de l’ancien porte-parole du C.m.p.

Informations supplémentaires