Musique : Le 27 avril 2011, l’orchestre S.B.B aurait eu 43 ans

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

27 avril 1968 - 27 avril 2011. L'orchestre S.B.B (Super Boboto) aurait eu quarante trois ans, s'il ne s’était disloqué, en 1987. Ce, malgré les multiples solutions apportées, tant par les autorités politiques que par des personnes de bonne foi, pour sa survie. Flash back sur cet ensemble musical, qui a marqué d’une pierre blanche l’histoire musicale congolaise.

Le Super Boboto est né des cendres de l'orchestre Tembo, le 27 avril 1968, dans la rue Mbaka, au bar Faignond, à Poto-Poto, le troisième arrondissement de Brazzaville. C’est Ange Djendo «Linaud», chanteur ténor, initiateur du groupe, qui prend la direction du groupe, aux côtés de Jean Saïdou (Soul Makossa), saxophoniste ténorino, Mbaki Aaron «Mitoga», saxophoniste alto, Houla Bruno, saxophoniste trompettiste, Mazonga Boniface «Djonhy Maz Boni», Loumandé Joseph «José Bados», tous deux solistes, Mayindou Jean «Pirate», guitare rythmique, Kinzonzi André «Du Soleil», guitare basse, frère cadet du célèbre musicien De la Lune, Bouanga Fulgence, batteur, et autres. Leur répertoire compte des titres alléchants comme: Musiki ya ba Sbb, Libala ézali se libala, Isia, Alphon Alphonsine, Soit disant...

Tout baignait comme dans de l’huile, au sein du groupe, quand, pour convenance personnelle, Ange Linaud s'envole pour la Côte d'Ivoire. Jean Saïdou est élu nouveau chef d'orchestre.

Emoustillé par le succès produit par ses chansons, le S.B.B redouble d'effort. Un autre 33 cm voit le jour, avec des titres tels Maloba ya nganga, Papita mwana 20 ans, Jalousie ya nini, Mwana José, Suza Moké, Atongo ngai. Que des foules aux répétitions et aux concerts! Le bar Faignond est trop exigu. L'orchestre élit alors, domicile au bar Super Jazz, qui deviendra, par la suite, Temple Rouge de la musique congolaise. Les voyages se multiplient à l'intérieur du pays: Pointe-Noire, Dolisie, Kimongo, Ouesso, Owando.

En 1971, l'orchestre remporte le 1er prix d'un concours culturel, attribué par le président Marien Ngouabi. L'arrivée de Nkaya Athanase «Mwana Mukamba», venu droit de l'ensemble Nkemeo Ntuma de Bouanza, modifie, de fond en comble, le répertoire de l'orchestre. Ce chanteur introduit la chanson politique et la vie courante dans la musique congolaise. Les titres Votez rouge, Arc, Tolanda nzela, U.j.s.c (Union de la jeunesse socialiste congolaise), U.r.f.c (Union révolutionnaire des femmes du Congo), sont évocateurs.

En 1972, S.B.B fête son septième anniversaire, avec un 33 cm, dont le titre phare est «Ebonga ébonga té, toujours meilleur». Une chanson qui fait le tour du monde et devient, finalement, la devise de l’orchestre.

La même année, S.B.B est lauréat d'un autre concours organisé par l'U.j.s.c. Ce sacre le conduit, en 1973, à Moscou, en ex-Urss, pour participer à la première Semaine culturelle soviéto-congolaise estudiantine. Où il remporte la médaille d’or.

Après son retour triomphal au bercail, cet ensemble musical représente le Congo à la 10ème édition du Festival de la jeunesse qui s'est déroulée à Berlin, en Ex-R.d.a (République démocratique allemande). Au cours de cette manifestation, les musiciens congolais remportent, encore, la médaille d'Or.

En 1974, Jean Saïdou quitte le bateau S.B.B, pour les Bantous de la capitale. Mienandi Michou préside aux destinées de l'orchestre, qui accompagne les athlètes congolais aux 21èmes jeux africains, qui se déroulent à Lagos, au Nigéria.

En 1975, année internationale de la femme, S.B.B se hisse au hit parade africain, avec sa très célèbre chanson «Avocat ya basi». Une chanson qui se joue et se danse encore. Léopold Sédar Senghor, alors chef de l'Etat sénégalais, invite le S.B.B à la première Foire internationale de Dakar. De retour de ce voyage, les artistes congolais s’achètent un studio portatif d'enregistrement.

Mais, contre toute attente, de 1977 à 1984, l'orchestre traverse une crise terrifiante: Mienandi Michou et Auguste Fall décident de se lancer dans les affaires. Kinzonzi André Du Soleil se fait inscrire à l'Institut du conservatoire mondial, à Paris, pour une formation de renforcement des capacités.

Mayindou Pirate s'envole pour la Chine, pour les soins médicaux. Nzinga Ngolé, Pépito Fukiau et Augustin intègrent l’orchestre Kamikaze Loninguissa, de Youlou Mabiala; Mazonga Boniface, l’orchestre Vévé, de Verckys, à Kinshasa; Houla Bruno, l’orchestre Télé music.

Le Super Boboto connaît un déclin sans pareil. Mpassi Jo, nouveau chef de file du groupe, se bat becs et ongles: Lazare Taty Mimoz, drummer, et Ange Pouabou, bassiste, sont recrutés, pour renforcer l’effectif. Ce qui n’empêche pas la dislocation de l'orchestre, que le P.c.t (Parti congolais du travail) ressuscite, en 1980. En lui dotant d’un matériel de musique flambant neuf. Jean Saidou reprend la tête de l'orchestre. Nkaya Mathos «Mwana Mukamba», Loumandé José Bados, Mawakani Roger, Djeff Toumba font, de nouveau, parler de S.B.B, avec leur 33 cm, dans lequel se trouve la chanson Avenue de la Paix, le tout dernier disque de l'orchestre.

Interrogé sur la revalorisation des vieux succès de l'orchestre, Pandzou Auguste Fall, co-fondateur des S.b.b, nous a confié: «D'ici là, toutes les chansons qui ont fait le succès de l'orchestre seront gravées sur Cd et Dvd, les choses sont, suffisamment, avancées».

Equateur Denis NGUIMBI

 

Informations supplémentaires