ALIMENTATION : Manger des insectes pour réduire la faim dans le monde ?

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

La consommation des insectes est majoritairement sans danger pour la santé et bien souvent bénéfique grâce aux nombreuses protéines et bonnes graisses qu’ils contiennent.
Il est communément admis que le monde hébergera 9 milliards d’êtres humains en 2050. Pour nourrir cette population, la production alimentaire actuelle devra être pratiquement multipliée par deux.

Les terres deviennent rares et accroître les surfaces dédiées à l’agriculture n’est une option ni viable ni durable. Les océans sont déjà en surpêches, le changement climatique et les pénuries d’eau qui en résultent pourraient avoir de graves conséquences sur la production alimentaire. Pour relever les défis actuels de l’alimentation et de la nutrition-près de 1 milliard de personnes sont chroniquement affamés dans le monde et les défis futurs, il est nécessaire de réévaluer ce que l’on mange et comment on le produit. Les procédés inefficaces de production doivent être rectifiés et le gaspillage alimentaire réduit. On doit trouver de nouveaux moyens de production alimentaire. Les insectes comestibles ont toujours fait partie du régime alimentaire de l’homme.
La FAO a saisi l’opportunité de collaborer avec le Laboratoire d’entomologie de l’Université de Wageningen aux Pays-Bas-une institution à l’avant-garde de la recherche fondamentale et appliquée sur les insectes et sur l’alimentation humaine et animale. Cette collaboration a, depuis, pris de l’ampleur et s’est élargie au sein de la FAO avec l’examen des dimensions multiples de la récolte des insectes et de leur élevage comme une possibilité réelle de diminuer l’insécurité alimentaire.
On estime que les insectes font partie des repas traditionnels d’au moins 2 milliards de personnes. Plus de 1 900 espèces sont mentionnées comme aliments humains.
Les insectes fournissent de nombreux services écologiques fondamentaux pour la survie de l’humanité. Ils jouent aussi un rôle important dans la reproduction végétale par la pollinisation, améliorent la fertilité des sols par bioconversion des déchets, contrôlent les nuisibles grâce à la lutte biologique naturelle et fournissent une grande variété de produits de valeur, tels que le miel, la soie, ou médicinaux comme l’asticothérapie. De plus, les insectes ont pris place dans les cultures humaines comme objets de collection et de décoration, dans les films, les arts visuels et la littérature. Les insectes les plus consommés au niveau mondial sont les scarabées (coléoptères, 31 pour cent), les chenilles (lépidoptères, 18 pour cent), les abeilles, guêpes et fourmis (hyménoptères, 14 pour cent). Ensuite, ce sont les sauterelles, criquets et grillons (orthoptères, 13 pour cent), les vers, les termites  etc.
Les insectes sont une ressource alimentaire saine et nourrissante, riche en matières grasses, protéines, vitamines, fibres et minéraux. La valeur nutritive des insectes comestibles est très variable en raison du grand nombre d’espèces- Les insectes sont des alternatives alimentaires saines pouvant s’intégrer aux aliments de base que sont la volaille, les porcs, les bovins et même les poissons (pêchés dans l’océan).- De nombreux insectes sont riches en protéines et en bons lipides, et possèdent de fortes teneurs en calcium, fer et zinc. - Les insectes font déjà traditionnellement partie de nombreux menus nationaux ou régionaux.    
Les études de cas ont été lancées par la FAO en 2003 en Afrique centrale et particulièrement dans le bassin du Congo du fait de la grande consommation d’insectes sauvages récoltés au sein d’importantes ressources forestières et d’écosystèmes riches en faune sauvage.

Gypsia APENDI