Ministère à la présidence chargé des zones économiques spéciales : Alain Akouala-Atipault a signé un mémorandum d’entente en Chine

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Dans le cadre du processus de construction des zones économiques spéciales, au Congo, le ministre à la présidence, chargé des zones économiques spéciales, Alain Akouala-Atipault, a séjourné en République Populaire de Chine, à l’invitation des associations des entrepreneurs internationaux, pour prendre part au troisième forum international de l’investissement et de la construction des infrastructures tenue à Macao, du 24 au 25 avril 2012.
En marge de ce forum, le ministre Akouala a procédé à la signature, le 24 avril 2012, d’un mémorandum d’entente avec la «China friendship developpement international engineering design & consulting corporation», structure dépendant du Ministère chinois du commerce, représentée par son président directeur général, Zhao Jiaping. Cette société s’attellera, dès à présent, au regard des termes du mémorandum, à la recherche des financements, à la promotion, à la construction des infrastructures et à la prospection des entreprises et industries chinoises susceptibles de s’implanter dans les zones économiques spéciales du Congo.
L’accord signé en Chine par le ministre Alain Akouala-Atipault va, assurément, donner un coup de pouce au développement des zones économiques spéciales au Congo. Véritable maillon de la chaîne des projets devant assurer le développement économique du pays, les zones économiques spéciales sont des espaces bénéficiant de régimes juridique, douanier et fiscal particuliers, qui les rendent attractives pour les investisseurs. Depuis le début des années 80, la Chine a développé une grande expérience des zones économiques spéciales, pour attirer les investisseurs. Et, de plus en plus de pays dans le monde optent pour la politique de création de zones économiques spéciales.
Dans son souci de diversifier l’économie congolaise, le président de la République, Denis Sassou Nguesso, a projeté, dans son programme, de créer quatre zones économiques spéciales au Congo (Pointe-Noire, Brazzaville, Oyo-Ollombo et Ouesso). En frappant à la porte de la Chine, le ministre Akouala-Atipault a mis ainsi en avant le partenariat stratégique qui lie ce pays au nôtre et dont les fruits séduisent les Congolais.
La société «China friendship developpement international engineering design & consulting corporation», spécialisée dans la réalisation des études de faisabilité et la recherche d’investisseurs, ayant une parfaite connaissance de l’économie chinoise et de ses acteurs tant publics que privés, entend être l’interface entre le gouvernement congolais et les investisseurs chinois qui souhaitent s’engager au Congo. Elle va réaliser les études de faisabilité des zones économiques spéciales congolaises. Elle va également rechercher «des partenaires chinois dans les domaines de l’investissement et de la planification, pour la construction des infrastructures des zones économiques spéciales du Congo, essentiellement pour les projets utilisant les financements du gouvernement chinois», souligne le mémorandum d’entente. Avec un tel outil, le ministre Akouala peut être sûr d’avoir fait un grand pas vers la construction de ces zones au Congo.

Alain Patrick MASSAMBA

Informations supplémentaires