RD Congo : L’alliance Kabila-Tshisekedi, coalition ou cohabitation?

Note utilisateur:  / 1
MauvaisTrès bien 

De nouvelles tensions alimentent ces jours-ci l’alliance Front commun pour le Congo (FCC) de Joseph Kabila Kabange, l’ancien président, et Cap pour le changement (CACH) de Félix Tshisekedi Tshilombo, l’actuel président de la RD Congo. La coalition qui lie les deux hommes a connu un nouvel accès de fièvre en marge de leurs tractations pour constituer un gouvernemewnt. Depuis sa nomination au poste de premier ministre, le technocrate Sylvestre Ilunga Ilunkamba, peine à composer son équipe à cause de ces tractations sans consensus.



En minorité à l’Assemblée, les députés du groupe parlementaire CAP pour le changement pro-Tshisekedi, qualifie la majorité pro-Kabila du Front commun pour le Congo d’«outrage» et de «propos injurieux» envers l’actuel président lors d’un débat vendredi à l’Assemblée, suscité par les députés du FCC. Ils critiquaient deux nominations sur ordonnance du président Tshisekedi, notamment celle de l’opposant Antoine Gabriel Kyungu wa Kumwanza âgé de 80 ans, au poste de président du Conseil d’administration de la Société des chemins de fer congolais (SNCC). Des interrogations naissent: la coalition est-elle devenue une cohabitation?
Lundi 10 juin, des dizaines de militants de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) de Félix Tshisekedi ont manifesté devant l’Assemblée nationale à Kinshasa, pour réclamer la fin de l’accord de coalition entre l’actuel et l’ancien chef de l’Etat. Une coalition de plus en plus contestée.
Après l’échec d’une réunion de négociation mardi dernier suite à ces nominations qui ont jeté un froid au sein de la coalition, Félix Tshisekedi et Joseph Kabila se sont retrouvés à Kingakati, la ferme de l’ex-président. Mais en dépit de cette volonté affichée au plus haut niveau, la tâche reste difficile. Les positions des uns et des autres sur la répartition des postes ministériels restent encore éloignées. Et le dialogue entre les deux camps reste poncif.
Dans ce climat de tension, la date de la reprise des négociations n’a pas pu être fixée, tandis que dans les rangs de CACH comme du FCC de plus en plus de voix s’élèvent pour demander la rupture de la coalition.

Azer ZATABULI

Informations supplémentaires