Elections sénatoriales au Niari : Comment expliquer l’échec du président de la Fédération P.c.t du Niari ?

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Dimanche 12 octobre 2014, les 131 conseillers départementaux et municipaux du département du Niari se sont rendus aux urnes, pour élire les six sénateurs de cette circonscription, dans le cadre du renouvellement de moitié du sénat. Au total, il y a eu 35 candidatures validées par la Direction des affaires électorales. Mais, peu avant la tenue du scrutin, 8 candidats ont désisté. 27  étaient donc en lice.


L’U.pa.d.s, le principal parti de l’opposition, avait aligné 4 candidats (Joseph Adam Boussou-Diangou, Emmanuel Boungouanza, Ferdinand Mboukou et Mme Mapaha). Le P.c.t, la locomotive de la majorité présidentielle, a investi 6 candidats (Antoine Ngouala, Pierre-Damien Boussoukou-Boumba, Georges Ouavelakedi, Mme Ondaye née Mapessi Tsona Bernadette, Clobert Ibinda et Jacqueline Ngombé). Mais suite à une clause avec son allié, le M.a.r (Mouvement action et renouveau), la direction politique du P.c.t a retiré, in extremis, la candidature de Mme Jacqueline Ngombé.
C’est ainsi que le P.c.t s’est retrouvé avec 5 candidats, pendant que son allié le M.a.r n’en a présenté, finalement, qu’un seul, Pierre Zely Inzoungou-Massanga. Selon nos sources, cette clause a été salutaire pour les deux formations politiques de la majorité présidentielle, dont les relations semblaient s’envenimer, après les résultats issus des élections locales de 2014. Enfin, on a noté de nombreux candidats indépendants.
Le scrutin était lancé à l’hôtel de la préfecture de la capitale de l’or vert, aux premières heures de la matinée. Les grands électeurs défilaient à tour de rôle, pour accomplir leur devoir civique. Le vote s’est déroulé sans heurts et a donné vainqueurs les 6 premiers candidats, à savoir: Pierre Zely Inzoungou-Massanga (M.a.r, 80 voix),  Mme Ondaye (P.c.t, 71 voix), Emmanuel Boungouanza (68 voix, U.pa.d.s), Joseph Adam Boussou-Diangou (U.pa.d.s, 63 voix), Pierre Damien Boussoukou-Boumba (P.c.t, 60 voix), Clobert Ibinda (P.c.t, 59 voix).
Les candidats Georges Ouavelakedi (P.c.t, sénateur sortant) et Antoine Ngouala, président du comité fédéral P.c.t au Niari, n’ont obtenu que 55 voix chacun. Ils sont passés à côté de la victoire. Ce qui a étonné beaucoup d’observateurs de la vie politique dans le département du Niari. Des interrogations fusent de partout: est-ce un désaveu de la base de son parti? Président de la Fédération P.c.t du Niari, Antoine Ngouala aurait pu jouir de la confiance des grands électeurs. C’est le contraire qui s’est produit. En tout cas, à Dolisie on se demande comment le numéro un du parti dans le département a-t-il mordu la poussière.
Par ailleurs, l’élection de Pierre Damien Boussoukou-Boumba a été interprétée comme une réhabilitation qui permet à cet ancien ministre une sortie honorable. Car, il est resté, depuis, dans les oubliettes, après son échec aux législatives 2012, dans sa circonscription de Kibangou.
Seul parti de l’opposition, l’U.pa.d.s a conservé le même nombre de sénateurs que lors de l’élection de 2008, avec la réélection d’Emmanuel Boungouanza et Joseph Adam Boussou-Diangou.

Martial MVOUMBI-DIBOUBI
(Dolisie)

Informations supplémentaires