Bassin du Congo : Oyo accueille le mini-sommet destiné à la création du Fonds bleu

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Lancé à Marrakech, au Maroc, le 16 novembre 2016, lors de la Cop22, par le Président Denis Sassou-Nguesso, le Fonds bleu, qui vise à soutenir les Etats de la sous-région du bassin du Congo, pour passer d’une économie liée à l’exploitation des forêts à une économie s’appuyant davantage sur les ressources issues de la gestion des eaux et notamment de celle des fleuves, va être porté sur les fonts baptismaux, le 9 mars 2017, à Oyo (Département de la Cuvette) par les représentants des Etats qui s’y sont engagés et des organisations internationales partenaires, autour du Président de la République, Denis Sassou-Nguesso.


C’est un grand exploit diplomatique qu’à peine lancé, le Fonds bleu est déjà en voie d’être créé officiellement, avec l’adhésion de douze pays (Angola, Burundi, Cameroun, Centrafricaine, Congo, RD Congo, Gabon, Guinée Equatoriale, Rwanda, Tchad, Tanzanie, Zambie).
Initié avec le soutien d’organisations internationales, comme «Brazzaville Foundation for peace and conservation», basée à Londres, et le «Strategic foresight group», le projet du Fonds bleu a pour enjeu la préservation du poumon vert que constitue le bassin du Congo, en soutenant les économies des Etats voisins. Il s’agit de «préserver les forêts de cette zone du continent, deuxième réservoir de carbone du monde, après celui du bassin d’Amazonie, tout en garantissant un développement économique permettant aux populations de la région d’améliorer leur qualité de vie».
Selon la «Brazzaville Foundation», le Fonds bleu pour le bassin du Congo accompagnera le développement des projets dans des secteurs clés pour le renforcement de l’économie de la région, en offrant une alternative viable à la déforestation. Le Fonds participera à l’amélioration des voies fluviales navigables et de transport, notamment par la création de travaux de dragage et de petits ports; il appuiera l’installation de petits projets hydroélectriques; il renforcera l’irrigation en vue d’accroître la productivité sur les terres arables dans les savanes; il permettra le développement de la pêche et la pisciculture, etc.
Le Fonds bleu proposera des subventions renouvelables chaque année de 100 millions d’euros pour les acteurs œuvrant pour la protection de l’environnement et pour la réduction des effets du réchauffement climatique dans la région du bassin du Congo.

MM.

Informations supplémentaires