Département du Pool : Grâce aux couloirs sécurisés, faire du 4 avril, une journée de recueillement

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Les jeunes entraînés dans l’aventure du pasteur Ntumi sont appelés à sortir des forêts et des maquis, grâce aux couloirs sécurisés qui sont en train d’être mis en place. Déjà, de nombreux groupes d’ex-combattants ont accepté de renoncer aux violences armées et de sortir des forêts et des maquis, aussi bien du côté de Kindamba, de Mindouli que des autres localités du Département du Pool.

Date symbolique, le 4 avril marque le déclenchement en 2016,  des violences qui ont fini par embraser le Pool, après l’attaque des quartiers Sud de Brazzaville par un groupe de ninjas-nsiloulou conduit par Gozardio, le frère-cadet du pasteur Ntumi. A l’approche de cette date dont il faut faire une journée de recueillement en mémoire des victimes, la dynamique du retour de la paix dans le Pool est appelée à s’accélérer, grâce aux couloirs sécurisés.

Le 4 avril prochain, on aura atteint un an depuis que les violences meurtrières aveugles avaient fauché d’innocentes vies à Brazzaville, avant de se déferler sur le Département du Pool. Pour y mettre un terme, le Président de la République, Denis Sassou-Nguesso, a donné des instructions claires sur l’ouverture de couloirs sécurisés et la relance de l’assistance humanitaire dans le Pool. Dès lors, la cellule de veille du C.c.a.s (Comité consultatif d’appui et de suivi de la municipalisation accélérée du Pool), le gouvernement, la force publique, les autorités civiles et militaires dans les districts sont à pied d’œuvre pour mettre en place ces couloirs. Déjà sur le terrain, de nombreux groupes de jeunes armés égarés dans l’aventure du pasteur Ntumi ont accepté la main tendue du Chef de l’Etat, faisant ainsi preuve de leur volonté d’entrer dans le camp de la paix et de l’unité nationale, en renonçant à la violence aveugle.
Il est cependant à relever que malgré la volonté de ces jeunes de sortir des forêts, des personnes de mauvaise foi, intellectuels et politiciens de tout acabit, aussi bien dans le pays qu’à l’étranger, qui font des souffrances des enfants du Pool leur fonds de commerce politique, répandant des rumeurs dramatiques dans les réseaux sociaux, s’activent à dissuader les jeunes qui décident de sortir des forêts.
L’ayant compris, l’ancien candidat à l’élection présidentielle, Guy-Brice Parfait Kolélas, a choisi de travailler dorénavant pour un retour réel de la paix dans le Pool, en harmonie avec les autorités nationales. Il a inscrit à son nouveau parti, l’U.d.h-Yuki, une ligne d’opposition modérée, privilégiant le dialogue avec les pouvoirs publics, pour résoudre les problèmes de la Nation, comme son frère de l’U.pa.d.s, le député Pascal Tsaty-Mabiala. «Je plaide pour tous ceux qui vivent reclus dans les forêts du Département du Pool. A leur endroit, je lance, ici, un  vibrant appel pour qu’ils sortent des forêts. Le pouvoir politique ne se gagne pas en restant en forêt, votre avenir n’est pas la forêt», voilà l’appel que le président de Yuki, député élu à Kinkala, a lancé solennement aux jeunes du Département du Pool. En tant que leader politique, Guy-Brice Parfait Kolélas a été aussi franc, en ajoutant que «ceux qui vous y contraignent veulent simplement la disparition de vos terroirs, de vos villages et de vos parents, en préservant les leurs. La politique ne doit pas être une bataille rangée entre les fils d’un même pays, mais plutôt un débat d’idées. Il faut savoir faire la paix, celle des braves».
Les jeunes sont donc appelés à sortir des forêts, pour retrouver une vie normale dans leur société. Finis les rancœurs, le Congo veut tourner la page de la haine!
Le Président Denis Sassou-Nguesso a demandé de traiter «avec humanité», ces jeunes qui sortent des forêts. Dès lors, rien n’empêche plus la réalisation des couloirs sécurisés. Le Chef de l’Etat a instruit; Guy-Brice Parfait Kolélas s’est inscrit dans cette dynamique; la cellule de veille du C.c.a.s, avec tous ses membres (Isidore Mvouba, Alphonse Claude N’Silou, Hellot Matson Mampouya, Euloge Landry Kolélas, Yvonne Adélaïde Mougany, Rosalie Matondo, Dominique Basseyla, Vincent Ganga, Bernard Tchibambelela, Aimé Emmanuel Yoka, Louis Bakabadio, Chris Antoine Walembo, Emilienne Raoul, Jean Lounana-Kouta, le général Nkota-Mokono), et au-delà les cadres ressortissants du Pool à travers le C.c.a.s, soutiennent cette orientation du Chef de l’Etat. Et La force publique est à pied d’œuvre pour la mettre en application. Dans cette dynamique, il faut faire du 4 avril, à Brazzaville, dans le Pool et au-delà, à travers le pays, une journée de recueillement en mémoire des victimes innocentes, des compatriotes arrachés à notre affection, à cause de nos turpitudes politiciennes. Qu’après le 4 avril, le Congo entre dans une ère de paix, à travers tous ses départements, sans exception. Le train va de nouveau siffler sur le C.f.c.o, de Brazzaville à Pointe-Noire, à la grande joie des populations qui auront regagné leurs localités.

Joël NSONI

Informations supplémentaires