A côté de l’hégémonisme du P.c.t, qui sera le leader de l’opposition parlementaire?

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Le ministre de l’intérieur, de la décentralisation et du développement local, Raymond Zéphirin Mboulou, a rendu publics, vendredi 21 juillet 2017, les résultats des élections législatives couplées aux locales qui se sont déroulées le dimanche 16 juillet dernier.

Sans surprise, le P.c.t (Parti congolais du travail) a tiré son épingle du jeu, en raflant à, lui seul, 70 sièges sur 151, au premier tour. Par ailleurs, 28 de ses candidats sont en ballotage pour le second tour fixé au dimanche 30 juillet prochain. Du côté de l’opposition, il reste à savoir qui de Guy Brice Parfait Kolélas et Pascal Tsaty-Mabiala sera le leader de l’opposition.

Le P.c.t est en voie de gagner son pari d’obtenir une majorité écrasante. C’est tout au moins l’ambition que s’était fixée sa direction politique. Un véritable raz-de-marée, sinon, une promenade de santé, dirait-on, avec des pourcentages de 100% dans le Nord du pays.
Outre le P.c.t, quelques formations politiques de la majorité présidentielle ont réalisé de faibles performances. Ainsi, le R.d.p.s (Rassemblement pour la démocratie et le développement social) a obtenu 3 députés, le M.a.r (Mouvement action et renouveau) en a 3, l’U.m.p de Digne Elvis Okombi-Tsalissan (2), le R.c (Rassemblement citoyen), un député, tout comme l’U.p.d.p de Célestin Gangara-Nkoua, le front patriotique de Destinée Hermella Doukaga et l’U.f.d. Fausse note pour la D.r.d (Dynamique pour la République et le développement), qui n’a obtenu aucun député pour ce premier tour. Plus décevant, le M.c.d.d.i (Mouvement congolais pour la démocratie et le développement intégral) d’Euloge Landry Kolélas, a connu un cuisant échec, avec aucun député sorti des urnes. Un seul de ses candidats est en ballotage dans le Département du Niari.
A l’opposition, sept indépendants appartenant à l’U.d.h-Yuki (Union des démocrates et humanistes-Yuki) de l’opposant Guy-Brice Parfait Kolélas ont été élus au premier tour et trois autres sont qualifiés pour le second tour, notamment à Madibou, Moungali 1, Kinkala commune.
L’U.pa.d.s (Union panafricaine pour la démocratie sociale) a, quant à elle, obtenu trois députés, dont son premier secrétaire, Pascal Tsaty Mabiala, élu à Loudima (Bouenza). Six autres candidats sont en ballotage pour le second tour, notamment à Kibangou, Mayoko, Komono, Bambama, Boko Songho et Nkayi 2.
Comme on  le sait, la Fédération de l’opposition congolaise, composée du Frocad (Front républicain pour le respect de l’ordre constitutionnel et l’alternance démocratique), de l’I.d.c (Initiative pour la démocratie au Congo) et de la composante Jean-Marie Michel Mokoko, ainsi que le Collectif des partis de l’opposition congolaise avaient, pour leur part, appelé au boycott des élections. Son leader, Claudine Munari, n’est plus députée.
En ce qui concerne l’opposition parlementaire, la question qui se pose est celle de savoir qui sera le leader entre Guy-Brice Parfait Kolélas et Pascal Tsaty-Mabiala. En réalité, il reviendra au leader de la formation qui aura obtenu le plus grand nombre d’élus à l’assemblée nationale derrière le parti majoritaire.
Guy-Brice Parfait Kolélas perd une occasion en or, car ses élus ont le label d’indépendant, le parti, l’U.d.h-Yuki, n’étant pas encore reconnu officiellement. Du coup, ce statut pourra revenir à Pascal Tsaty-Mabiala, si son parti réussit à avoir au moins six députés, donnant ainsi l’occasion de former un groupe parlementaire à l’assemblée nationale. Car, les indépendants ne peuvent former un groupe parlementaire, à moins de fédérer avec l’U.pa.d.s. A moins d’une jurisprudence, comme ce fut le cas en 2012, lorsque le règlement intérieur de l’assemblée nationale avait été modifié, afin de permettre à l’U.pa.d.s et le M.c.d.d.i d’avoir des groupes parlementaires, parce qu’ils n’avaient pas atteint la barre de 11 députés exigés. Ce chiffre avait, pour la circonstance, été ramené à six.

Cyr Armel
YABBAT-NGO

Informations supplémentaires