Commission épiscopale Justice et Paix : Publication d’un rapport de suivi budgétaire dans l’éducation nationale

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

La C.e.j.p (Commission épiscopale Justice et Paix) a organisé, mercredi 26 juillet 2017, au C.i.o (Centre interdiocésain des œuvres), à Brazzaville, la cérémonie de publication du rapport d’enquête sur le suivi budgétaire dans le secteur de l’éducation nationale exercices 2014-2015.

Placée sous l’autorité de l’abbé Félicien Mavoungou, coordonnateur de ladite commission, assisté d’Estani Ikya, chargé des programmes à la C.e.j.p, la cérémonie a été marquée par la présence des membres de certaines commissions épiscopales, des représentants des ministères en charge de l’éducation nationale, de la C.e.edu.c (Commission épiscopale de l’éducation catholique) et d’autres personnalités de divers rangs.

Trois temps forts ont marqué la cérémonie de publication du rapport d’enquête sur le suivi budgétaire dans le secteur de l’éducation nationale exercices 2014-2015: l’exposé de l’Abbé Félicien Mavoungou, suivi de celui d’Estani Ikya qui a débouché sur un échange avec les participants.
Dans sa communication, le coordonnateur de la C.e.j.p a abordé le contexte et la justification dudit rapport, la méthodologie de travail, les recommandations formulées aux parlementaires et aux décideurs politiques, ainsi que la conclusion.
L’objectif visé consiste à inviter les pouvoirs publics à maintenir, à augmenter le budget des investissements dans le domaine de l’éducation nationale et surtout de faire un contrôle strict sur les réalisations faites par les opérateurs en charge de la mise en œuvre des projets, afin de doter les écoles publiques d’un environnement sain répondant aux normes internationales ou simplement à celles mises en œuvre dans le décret n°1996, relatif aux normes applicables à l’école.
De même, inviter les décideurs politiques à réhabiliter l’école publique, afin qu’elle dispense un enseignement de qualité, pour préparer de bons acteurs du développement futur du pays, faire de telle sorte que le budget d’investissement voté par l’assemblée nationale et le sénat soit réellement investi dans les secteurs prioritaires, afin d’améliorer le bien-être social des populations.
Ce travail d’enquête a été réalisé sur l’ensemble du territoire national, par le truchement des neuf diocèses de l’Eglise catholique. Ce rapport d’enquête se base sur le travail effectué par les Commissions Justice et paix des différents diocèses du pays après avoir analysé les budgets d’investissements 2014-2015.
Le chargé des programmes a articulé son exposé sur l’analyse documentaire qui a conduit à faire la typologie des projets, le suivi des investissements publics des lois de finances 2014 et 2015, tout en relevant les difficultés et inconvénients rencontrés sur le terrain.
Au sujet de la typologie des projets, le rapport a répertorié quatre types de projets: projets achevés non fonctionnels; projets arrêtés; projets en cours de réalisation et les projets non-visités.
Entre autres recommandations formulées par la C.e.j.p au gouvernement et principalement aux trois ministères en charge de l’éducation nationale, au terme de ce travail d’enquête, il y a: malgré la récession, augmenter les investissements publics des ministères de l’éducation nationale pour ne pas porter atteinte aux secteurs prioritaires qui déterminent l’avenir du pays; accroître le niveau d’exécution des budgets ainsi que les réalisations des projets en mettant un accent particulier sur des missions et mécanismes de suivis et de contrôles (les services techniques habiletés, ministères bénéficiaires, élus locaux, représentants des bénéficiaires/syndicats et représentants de la société civile); lutter contre la corruption et les détournements de fonds par des sanctions à l’encontre des agents et entreprises coupables de malversations et pratiques répréhensibles; ouvrir des enquêtes judiciaires et traduire en justice les présumés coupables; tout mettre en œuvre pour achever les projets arrêtés ou abandonnés, etc.
La C.e.j.p demeure ouverte à tout échange et à toutes les contributions qui aideraient les pouvoirs publics dans le sens de réduire la pauvreté dans le pays. Car, «Combattre  la pauvreté, c’est travailler pour la paix», avait déclaré le Pape Benoît XVI.
Les activités menées par la C.e.j.p sont essentiellement de contrôle citoyen, à la lumière de la Déclaration universelle des droits de l’homme qui stipule, en son article 21: «Tout citoyen a le devoir de s’intéresser aux affaires publiques de son pays».

Gislain Wilfrid
BOUMBA

Informations supplémentaires