22e session du comité de direction du Centre hospitalier et universitaire de Brazzaville : Le CHU-B: un malade qui ne soigne même plus

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

«L’action». Telle est l’ambition que s’est assignée le comité de direction du CHU-B (Centre hospitalier et universitaire de Brazzaville) qui s’est réuni, le vendredi 22 septembre 2017, au ministère des Affaires étrangères, de la coopération et des Congolais de l’étranger, pour impulser une nouvelle dynamique à cette structure hospitalière qui jouit d’une image pitoyable auprès des usagers. Le budget du CHUB, exercice 2017 dont le montant n’a pas révélé a été adopté au cours de cette 22e session dont les travaux ont été présidés par le Pr. Jean-Rosaire Ibara, président du comité de direction.

 

Cette session, la première du genre depuis 2015, s’est tenue dans un contexte social tendu. En effet, le CHU-B comme l’Université Marien Ngouabi, connaît des retards de salaires. On parle de deux mois. Déboussolés, les travailleurs sont entrés en grève pour exiger de se faire payer.
Sur le plan social comme en termes de prestations, le CHUB ne rassure guère. Aujourd’hui, la problématique de ce centre se pose en termes de qualité, d’efficacité, de pertinence, d’efficience, d’attractivité, et compétitivité, de croissance et de développement. Cela signifie que le CHUB a de nouveaux et nombreux défis à relever.
Pour réaliser sa mission, la structure CHUB, a dit Jean Rosaire Ibara, doit s’inspirer des valeurs suivantes: la pertinence, l’excellence, la transparence, l’imagination, la responsabilité et l’éthique. «Le CHUB jouit d’une réputation assez mitigée auprès de ses usagers», a reconnu le président du comité de direction du CHUB.
Pour lui, le centre peut certainement améliorer cette image et la qualité de ses services au regard, «de l’extraordinaire capital humain de la structure lui devra porter cette volonté souhaitée et partagée de faire du CHUB le véritable hôpital de dernier recours pour un pays qui aspire à l’émergence», a laissé entendre Jean Rosaire Ibara.
C’est pourquoi il a appelé tous les acteurs à plus d’audace et de créativité dans une vision réaliste et adaptée à notre environnement. Ce faisant, Jean-Rosaire Ibara a demandé aux membres du comité de direction de réfléchir sur un projet d’établissement qui, «à travers un cadre de performance, définit notamment sur la base des orientations médicales, les objectifs généraux de l’établissement dans le domaine médical, de soins infirmiers et obstétricaux, de l’enseignement et de la recherche, de la politique sociale, des plans de formation, du système d’information et de l’assurance-qualité», a-t-il dit.   
Ce projet, a-t-il indiqué, doit être perçu comme l’expression de l’ambition et de la volonté de tous les travailleurs du CHUB à aller vers le changement qualitatif et le progrès, dans l’objectif majeur de consolider son leadership au sommet de la pyramide sanitaire de notre pays. «Ceci permettra d’améliorer d’avantage l’offre de soins que nous proposons à nos populations. Cette vision partagée avec tous les acteurs cadre bien avec les aspirations professionnelles et personnelles. Ne perdons pas de vue que dans ce monde en pleine mutation, l’assurance-qualité sera désormais la règle. Que la santé des populations soit notre challenge et que la maladie soit notre ennemie», a fait remarquer Jean-Rosaire Ibara.
Au terme des travaux, les membres du comité de direction ont adopté avec amendements, le projet du budget exercice 2016, le rapport d’activités au 31 décembre  2016, le compte administratif et compte financier, année 2016 et le projet du budget, exercice 2017 dont le montant n’a pas été révélé.
Par ailleurs, le comité de direction a pris acte des comptes administratifs et financiers  des exercices 2013, 2014 et 2015, étant entendu que ces derniers ont fait l’objet d’audits.
S’agissant du plan d’action  août-décembre 2017, le comité de direction a apprécié la pertinence et a recommandé à la direction générale du CHUB de revoir les  priorités et réviser les budgets en conséquence, en  collaboration avec les services du Ministère  des finances

Cyr Armel
YABBAT-NGO

Informations supplémentaires