Front patriotique (FP) : Madame Doukaga tape du poing sur la table!

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Trop c’est trop, fini la récréation ! C’est ainsi qu’on peut résumer la communication de la présidente du Front patriotique, Destinée Hermella Doukaga. C’était au cours de l’assemblée nationale extraordinaire dite de recadrage, organisée le 21 avril 2018, au siège de ce parti, au Plateau de 15 ans, à Brazzaville. Elle n’y est pas allée par quatre chemins pour lancer une sévère mise en garde à tous ses élus. «Qui que vous soyez, vous devez respecter la discipline du parti.

S’il y en a qui pensent qu’ils ne peuvent plus rendre des comptes au parti, ils sont libres de partir. Personne ne vous retiendra. Même si vous êtes des élus, vous pouvez démissionner. Ce n’est pas un problème, le parti va certes perdre un siège, mais on procédera à des élections partielles. Il n’y a pas de soucis», a-t-elle martelé.

Une véritable sommation de la présidente du Front patriotique (FP) à l’endroit des élus de son parti qui vont jusqu’à lui raccrocher au nez. Très remontée, Destinée Ermella Doukaga a commencé par rappeler aux uns et aux autres les fondamentaux de son parti, membre de la majorité présidentielle. «Ceux-ci tournent autour d’un idéal, la discipline. Nous voulons marcher avec la qualité et non la quantité. Voilà pourquoi, lorsqu’il y a des camarades qui claquent la porte, ça ne nous fait ni chaud ni froid. C’est la quantité qui part et la qualité reste. Ce qui est bien, c’est que nous n’avons jamais fait de veillée lorsque quelqu’un démissionnait du parti. Au contraire, ça nous arrange», a-t-elle soutenu.
La présidente du FP a lancé une sévère mise en garde à tous ses élus : «il y a des élus qui vont participer à des réunions ou à des émissions sans que je ne sois informée; qui engagent le parti sans en avoir reçu mandat. Je ne reçois aucun rapport des élus depuis leur élection, il y a bientôt 9 mois», a-t-elle fait remarquer. Et de s’interroger: «Je ne sais pas ce qu’ils font au Sénat, à l’Assemblée nationale et dans les conseils départementaux? J’apprends seulement qu’ils sont allés par-ci où par-là. Je ne reçois rien. Je ne peux plus tolérer ça», a-t-elle insisté.
Destinée Ermella Doukaga a rappelé à ses élus que l’adhésion à un parti est volontaire et individuelle. Elle s’est par ailleurs indignée du manque de cotisations statutaires des membres de son parti. «Avec quoi allons-nous organiser le congrès si vous ne cotiser pas?». Pour elle, il est inadmissible que les gens se comportent comme s’ils étaient des indépendants où n’avaient pas de comptes à rendre à personne. «Non! Vous avez des comptes à rendre au parti. Que vous le vouliez ou pas. Et la présidente que je suis, j’ai le droit de vous demander des comptes parce que c’est en mon nom que vous répondez. C’est moi l’image du parti», a-t-elle rappelé.
Elle a directement tancé les mal-polis qui lui raccrochent au téléphone ; «Ça veut dire qu’ils n’ont aucun respect pour ma personne. Quels que soient mon âge et ma taille, je suis la présidente du FP. Que vous le voulez ou non, c’est comme ça. Prenez ça comme un avertissement. Tant pis pour vous !», a-t-elle lancé sur un ton très ferme.
Le Front patriotique qui a totalisé à peine deux ans et quatre mois d’existence, vit une crise interne qui avait conduit sa présidente à mettre en place une coordination pour gérer la formation. Le bureau politique et le secrétariat permanent ne fonctionnaient quasiment plus pour indiscipline des membres. «C’étaient des instances fantômes», a d’ailleurs reconnu Destinée Ermella Doukaga.
Raison pour laquelle, au cours de l’assemblée générale extraordinaire, il a été décidé de mettre à plat les deux instances du parti et la mise en place d’une commission ad hoc de 17 membres, chargée de présider aux destinées de ce parti jusqu’au congrès. La commission est habilitée à statuer sur la vie du parti en cas de besoin et à fournir une réflexion politique sur les documents de direction du parti à adopter au congrès. A vrai dire, c’est un comité de pilotage qui aura, entre autres mission, d’instituer un cadre régulier de concertation et d’orientation entre la coordination nationale et las structures du parti avant le congrès.

C. A. Y-Ng

Informations supplémentaires