Dominique Ntsiété, président du comité P.c.t de Bacongo (Brazzaville) : «Nous exhortons les militants à préserver la paix et l’unité nationale»

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Ancien administrateur-maire de Bacongo, membre du comité central et président du comité P.c.t de Bacongo, Dominique Ntsiété est, également, candidat de son parti à l’élection sénatoriale du 9 octobre prochain. Dans l’interview qu’il nous a accordée, il parle des actions qu’il entend mener, de l’application des conclusions du 6ème congrès extraordinaire et de ses chances à l’élection sénatoriales.

* Monsieur le président, comment se porte le comité dont vous avez la responsabilité?
** Disons que le parti se porte bien, au niveau de l’arrondissement 2 Bacongo. Vous conviendrez, avec moi, que notre parti est sorti de son 6ème congrès extraordinaire tout requinqué. Nous nous efforçons à maintenir cet élan, pour traduire, dans les faits, les grandes décisions issues de ce congrès. Dans le cadre de la revitalisation et de l’ouverture du parti prônées par le 6ème congrès extraordinaire, nous nous y attelons. * Qu’est-ce que ce congrès a changé, selon vous?
** Vous savez que ce congrès était très attendu par les militants. Il y a eu ce que nous avons appelé, entre-temps, l’état des lieux, qui a fait l’autopsie du parti. Nous en savons les résultats. C’est ce qui a, d’ailleurs, motivé la tenue dudit congrès, pour donner un nouveau souffle au parti, qui semblait dormir. Effectivement, après le congrès, l’on constate que les choses ont véritablement changé, tant sur le plan de l’organisation du parti que sur l’attitude des militants. Le parti a gagné en crédibilité, les anciens militants le réintègrent. Nous appuyons ces adhésions par l’ouverture aux autres forces politiques qui veulent intégrer le P.c.t. Et de faire en sorte que le P.c.t soit visible, afin de jouer les premiers rôles. Ceci étant, le parti ayant remis les pendules à l’heure, nous n’avons plus droit à l’erreur.

* Vous êtes candidat à l’élection sénatoriale du 9 octobre 2011, comment entrevoyez-vous cette échéance?
** Que dire? Je suis candidat, je remercie la direction du parti qui m’a fait confiance, en me choisissant comme candidat à cette élection. Cela m’a fait énormément plaisir. Je vous assure que mes chances sont intactes, parce que j’ai le soutien de mon parti, de ma famille politique, le R.m.p, et de nos alliés.

* Monsieur le président, avez-vous un dernier mot pour conclure notre entretien?
** Mon dernier mot, c’est de lancer un message aux militants de Bacongo. Le discours d’orientation du secrétaire général de notre parti reste d’actualité. La récréation est donc terminée. J’exhorte les militants à ne pas tomber dans les erreurs du passé. Ils doivent préserver la paix et l’unité nationale, parce que sans la paix, il n’y a pas de développement. Nous nous réjouissons de ce que le président de la République a eu à dire ou a eu à faire un choix spécifique où, cette fois-ci, la municipalisation accélérée se passe dans le département du Pool. Etant donné que Brazzaville est aussi une partie du Pool, nous disons que cela nous enchante. Suite à cela, nous demandons à tous nos militants, de soutenir, énergiquement, le président de la République, dans tout le processus de modernisation et d’industrialisation du pays, dans le cadre de son projet, «Le chemin d’avenir», afin que le Congo aboutisse, réellement, à ce que nous appelons pays émergent, d’ici à 2025.


Propos recueillis
Pascal-Azad DOKO

Informations supplémentaires