Projet partenariat Congo-Linkun : Développer le secteur de l’électricité et la zone économique multifonctionnelle de Brazzaville

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

L’hôtel Radisson Bleu a servi de cadre à la présentation au Gouvernement, le 29 août 2018, du projet de partenariat Congo-Linkun pour le développement du secteur de l’électricité et la zone économique multifonctionnelle de Brazzaville, qu’entend réaliser la société chinoise Yunnan Linkun. La cérémonie s’est déroulée en présence de Yuan Linkun, directeur général de la société de même nom. Le Gouvernement était représenté par le ministre d’Etat Gilbert Ondongo.


La directrice de l’Agence pour la promotion des investissements, Mme Annick Mongo, était la première à prendre la parole pour rassurer la partie chinoise. «Nous sommes là pour vous accompagner dans l’implantation de vos différents projets au Congo. Nous sommes également à votre disposition pour vous assister à obtenir toutes les autorisations nécessaires à la réalisation de vos projets, ainsi que de vous fournir toutes les autorisations et informations pour vous permettre de bénéficier des avantages et exonérations prévus par la réglementation en vigueur», a-t-elle dit, tout en apaisant la partie chinoise que la sécurité de leurs investissements sera garantie. «Vous bénéficierez des mesures préférentielles favorables à l’extension de vos activités».
Yuan Linkun a fait savoir qu’après 10 mois de travail, le rapport d’études de faisabilité de ces deux projets a été achevé et sera présenté au Gouvernement congolais. Pour lui, bien que le Congo ait des dettes vis-à-vis de la Chine, cela n’affectera pas la relation amicale entre les deux pays. «Nous avons déjà discuté avec les départements concernés du Gouvernement chinois pour trouver une solution au problème. Le résultat de l’échange avec Sinosure sur nos projets au Congo a été très positif. Le remboursement des prêts sera fait par la vente de l’électricité qui sera produit et qui pourra être exportée. Sinosure a accepté de nous faire un prêt pour tous nos projets au Congo», a-t-il fait indiqué.
Dans sa présentation, Jean Marie Iwandza, coordonnateur du projet, a parlé du premier projet concernant le secteur de l’électricité. Ses objectifs sont: améliorer la fourniture quantitative et qualitative d’électricité sur toute l’étendue du territoire sans augmentation de tarifs; augmenter le taux d’accès à l’électricité de 60% à 90% en zones urbaines et de 28 à 60% en zones rurales.
Projets de première phase, dont les études de faisabilité sont achevées, ils font l’objet d’un protocole d’accord signé entre le ministère de l’Energie et la société Linkun. Ils concernent la construction d’une centrale à gaz à cycle combiné modulable de 1100 à 2200 MW; la finalisation des travaux de réhabilitation de la centrale hydroélectrique du Djoué d’une puissance de 20 MW; la construction d’une ligne de transport d’électricité entre Pointe-Noire et Brazzaville, 500 KVA; la réhabilitation et la modernisation des réseaux de distribution et de commercialisation d’électricité de Brazzaville et de Pointe-Noire; l’électricité rurale centralisée et décentralisée.
Par contre, la deuxième phase du projet, dont les études de faisabilité sont en cours d’études, concerne la centrale hydroélectrique de Sounda, dans le département du Kouilou, 800 à 1000 MW; la centrale hydroélectrique de Ngokeli, dans le district d’Okoyo, 30 MW; la centrale hydroélectrique de Motaba, dans le département de la Likouala, 20 MW.
Le deuxième projet de ce partenariat porte sur la zone économique multifonctionnelle de Brazzaville, d’une superficie de 4012 hectares, soit 40 km2. Elle va se situer sur deux axes principaux, la vallée de la Tsiemé et le viaduc de Ngamakosso.
A noter que la zone du projet est occupée à environ 20% par des habitations, dont environ 80% sont jugées précaires car se situant sur les versants des collines, sujets à des érosions; dans le lit de la rivière Tsiemé, sujet à des remontées des eaux; dans des zones d’accès difficile, notamment sur les collines de Ngamakosso et les zones dites de 4 mars.
Le projet prévoit la relocation de tous les habitants vers des nouveaux quartiers qui seront construits à Kintelé-Lifoula, Plateau de la Tsiemé et Moukondo. Son objectif principal est la diversification de l’économie congolaise par la création d’un espace économique viable. Y seront construits, la zone industrielle de la vallée de la Tsiemé destinée aux petites et moyennes industries, une base logistique, des centres de formation spécialisées, des résidences, des centres culturels et sanitaires; la zone d’affaires et commerciale de la baie de Ngamakosso, avec la création d’une zone d’affaires qui transformera à terme Brazzaville en une importante plateforme régionale d’investissement et d’un vaste espace commerciale à vocation régionale destinée à la vente d’articles, produits, matériels et équipements de diverses origines à des prix très compétitifs afin d’attirer la clientèle sous régionale; la zone résidentielle et commerciale de Ngamakosso; la zone de vacances et de loisirs, qui sera située sur l’île Faignond et la zone administrative, destinée à assurer le fonctionnement normal des diverses activités au sein de la zone économique multifonctionnelle. .
Compte tenu du niveau important des investissements à mobiliser, la viabilisation et la construction des infrastructures immobilières de la zone économique multifonctionnelle de Brazzaville se fera par étapes. Le coût global des deux projets est estimé à 2300 milliards de F.Cfa.
Le ministre d’Etat Gilbert Ondongo a de nouveau souligné l’excellence de la relation entre la République populaire de Chine et la République du Congo, vieille de plus de 50 ans. «Le Congo reste un ami de la Chine. Il vous remercie de tout ce que vous avez fait en faveur des populations congolaises. Le Gouvernement de la République reste totalement ouvert et disponible à accompagner cette entreprise, ce grand projet.  N’hésitez pas à venir frapper à notre pays pour solliciter notre accompagner chaque fois que cela sera nécessaire», a-t-il dit, en s’adressant aux partenaires Chinois.

Cyr Armel
YABBAT-NGO

Informations supplémentaires