Sécurité publique : «Opération Uppercut 2018», pour la sécurisation des fêtes de fin d’année

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Le contrôleur opérationnel et directeur départemental de la Police de Brazzaville, le colonel de Police Jean-Pierre Okiba, a officiellement lancé dans la ville-capitale vendredi 21 décembre dernier, l’opération de police dénommée «Uppercut 2018». Elle est destinée à garantir la sécurité des personnes et des biens sur toute l’étendue de la ville, afin de permettre aux populations de passer les fêtes de fin d’année dans la quiétude.

 

Ce lancement a été appuyé par un cortège musclé des engins de la police qui ont sillonné les grandes artères de la ville. Le colonel de police Okiba a expliqué les raisons de cette opération et la manière dont elle va se dérouler.  Chaque fin d’année la direction générale de la police initie un concept à travers lequel les responsables de la police reçoivent des ordres pour sécuriser la ville. Et pour cette année l’Opération s’appelle «Uppercut 2018», a dit le directeur départemental de la police.
S’agissant de Brazzaville, le plan de mesure se décline sur trois temps: le premier a consisté en un travail d’investigation et de stérilisation qui a permis à la police de réactualiser sa banque de données criminelles. Elle a identifié les leaders des écuries; il y en a qui ont été arrêtés tandis que les autres sont en cavale. La police a aussi identifié les fumoirs qui ont été détruits ainsi que les points de vente de drogues de toutes sortes. Pour éviter toute surprise, elle a procédé à la sensibilisation des tenanciers des bars dancing, VIP, night clubs ainsi que les responsables des églises sur les nuisances sonores et sur la question du développement du phénomène «Ujana» et la fréquentation des lieux de jouissance par les mineurs.
Le deuxième temps, a-t-il expliqué, a été celui de la sécurisation. Il consiste à maintenir le niveau de renseignements pour parer à toute éventuelle menace à l’ordre public, à marquer la présence de la police dans la ville par des patrouilles pédestres et motorisées. Le troisième temps sera consacré au désengagement après avoir fait le bilan du travail abattu tout en maintenant la sécurité au niveau optimal. Par ailleurs, le colonel Okiba a rassuré la population que cette opération est encadrée. «La police dispose d’un plan de mesure avec une rubrique nommée règles de comportements et d’engagements pour lequel il est prévu des sanctions à l’endroit des policiers qui vont briller par des comportements inciviques pendant l’opération».
Enfin, le colonel Okiba a rappelé aux populations de la ville-capitale que les fêtes de fin d’année ne sont pas synonymes de libertinage. Tout en fêtant, a-t-il relevé, elles doivent êtres dignes. Et pour ce faire, il a invité les Chefs de quartiers, de zones ainsi que les populations à travailler à l’unisson avec la police pour mieux sécuriser la ville et faire que les fêtes se déroulent dans de bonnes conditions pour chaque citoyen.

Alain-Patrick MASSAMBA


Informations supplémentaires