Industrie : Des tracteurs agricoles bientôt montés dans la Zone économique spéciale de Maloukou

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Société à capitaux mixtes, spécialisée dans le montage et la commercialisation des tracteurs, Eco-Camaco envisage d’implanter une usine dans la Zone économique spéciale (ZES) de Maloukou, à environ 80 kilomètres au nord de Brazzaville. MM. Gilbert Ondongo, ministre de l’Economie et du portefeuille public, Claude Wilfried Etoka, Président directeur général de la société Eco Oil Energie, et Cai Jibo, président du conseil d’administration de la société chinoise Yto Camaco, ont visité le 12 septembre dernier les installations de la future usine de montage de tracteurs.

A cette occasion, un engin a été présenté à la forte délégation des participants au 5e forum Investir en Afrique, conduite par le ministre des Zones économiques spéciales, Gilbert Mokoki, comme prototype des tracteurs qui seront montés par cette usine. «Les premiers tracteurs pourraient être disponibles au premier semestre de l’année 2020, parce qu’il s’agit de monter, donc on va relativement aller très vite», a annoncé M. Mohamed Samba, administrateur d’Eco-Camaco.

La fiche technique renseignant sur l’usine indique que sa capacité de production est évaluée à 3 000 tracteurs par an pour une seule équipe, soit 8 heures de travail par jour. Alors que, 6 000 tracteurs par an pour deux équipes, soit 16 heures de travail par jour. Et la production devra atteindre 9 000 tracteurs par an, si l’on fait travailler trois équipes, soit 24 tracteurs par jour.

Le Gouvernement
congolais satisfait  
 Le ministre Gilbert Ondongo s’est réjoui de l’aboutissement de ce qui, selon lui, n’était hier qu’un projet. «Je dois me féliciter de la démarche qui est la nôtre. Nous avons commencé à concevoir un projet, un accord a été signé en Chine. Désormais, la société a une Assemblée générale et un Conseil d’administration, les organes qui vont se retrouver pour délibérer et donner vie réellement à la société», a-t-il ajouté.
Le ministre de l’économie et du portefeuille public a également relevé l’intérêt pour le Gouvernement d’appuyer ce projet pour qu’il soit une réussite et qu’il ne soit pas l’unique, de sorte que l’agriculture soit réellement soutenue. «Nous devons le hisser vers le haut pour servir de plateforme pour le développement de notre pays…L’agriculture et les ressources naturelles doivent servir de base à l’industrialisation, comme cela est prévu dans le plan stratégique du gouvernement», a poursuivi Gilbert Ondongo.
Citant sans le nommer, un membre du conseil d’administration de la société, le ministre de l’Economie et du portefeuille public a rassuré «qu’en octobre 2019 va se tenir le conseil d’administration et on lancerait alors le processus conduisant à la production des tracteurs, outil de développement dans notre pays.»
La société Eco-Camaco est née le 11 septembre 2019. Elle est le fruit du partenariat public-privé. L’Etat congolais y détient 30% de parts, Eco Oil 30%, et la société Yto Camaco 40%.
Les statuts portant sa création d’Eco-Camaco ont été signés le 11 septembre 2019, au centre international de conférence de Kintelé, en marge en marge du 5e forum Invertir en Afrique. L’Etat congolais a été représenté ce jour par Gilbert Ondongo, ministre congolais de l’Economie et du portefeuille public. M. Claude Wilfried Etoka a signé pour le compte de la société Eco Oil Energie dont il est le président directeur général.  Et M. Cai Jibo pour le compte de Yto Camaco dont il est le président du conseil d’administration.
 A rappeler que l’accord portant sur le projet de création de la société Eco-Camaco a été signé le 8 septembre 2018, à Shanghai, en Chine.

Sévérine EGNIMBA

Informations supplémentaires