Innocent Dimi, directeur général de la société de bourse La Financière : «Nous ne sommes pas à notre coup d’essai; nous avons un capital très étoffé avec des hommes d’expérience»

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Détenteur d’un diplôme en monnaie et finances obtenu en France, Innocent Dimi est le directeur général de la première société boursière au Congo: La Financière, dont le lancement officiel des activités est prévu pour le 21 novembre prochain. Cette société vient compléter un réseau, déjà, très en place avec plusieurs banques et des Congolais qui, de plus en plus, vont vers la bancarisation. Dans l’interview, qu’il nous a accordée, Innocent Dimi évoque les raisons de la création de sa société de type anonyme au capital de 1 milliard de Francs Cfa et rassure les sociétés et banques congolaises du sérieux et de l’expérience de ses hommes, ainsi que de la confiance que leur a accordée le régulateur.
*Vous venez de créer la toute première société financière au Congo. Peut-on connaître les raisons de ce choix?
** La raison est toute simple: aujourd’hui, l’économie congolaise le permet et le besoin de cet outil est réel au sein de la société congolaise.
* Ne naviguez-vous pas à vue quand on sait que le Congolais n’a pas encore cette culture de la bourse?
**L’avantage, au Congo, c’est qu’on a une vision nationale. Mais, également, une impulsion sous-régionale, voire régionale. On a de la matière et l’expérience des sociétés qui ont, déjà, fait leur preuve dans ce domaine de compétence. Naviguer à vue, c’est un petit peu toujours le cas, quoi qu’il en soit, lorsqu’on démarre une nouvelle expérience. Une fois, encore, fort d’éléments pertinents dont on dispose, des sociétés extrêmement fortes sur la place et des partenaires solides, des belles perspectives pour l’avenir sont envisageables.
*Pourriez-vous nous circonscrire le cadre et les objectifs de votre société?
**La financière est une société de bourse de type anonyme au capital de 1 milliard de Francs Cfa. Elle a un actionnariat mixte. Elle a, en son sein, une société ivoirienne et le cabinet Maréchal et associés qui est sur la place de Paris. C’est un opérateur économique extrêmement important de la place française. Il a amené, dernièrement, à la cotation, la première société sénégalaise. C’est dire son expérience, puisqu’il réalise là, une jolie prouesse, en amenant cette société à la cotation et d’autant plus à Paris. On est, également, fort avec Dubus S.a, qui est, aujourd’hui, l’un des premiers fournisseurs de logiciels au monde, en matière de gestion comptable et plus spécifiquement de logiciels boursiers et de services techniques boursiers.
*Quelles garanties donnez-vous aux sociétés et banques congolaises qui voudront être cotées en bourse?
**Notre sérieux, notre expérience et au-delà, la confiance que le régulateur va nous accorder. La garantie que nous ne sommes pas des aventuriers de la finance, que nous ne sommes pas à notre coup d’essai. Je vous l’ai dit en préambule que nous avons un capital très étoffé avec des hommes d’expérience. Donc, je pense que la garantie est la meilleure de toute: c’est notre expérience et notre disponibilité.
*Monsieur le directeur général, votre société a-t-elle, déjà, reçu l’agrément de la Cosumaf, pour pouvoir s’installer sur le marché congolais?
**Pour disposer de l’agrément de la Cosumaf, il y a, énormément, de critères à remplir. Aujourd’hui, La Financière répond à tous ces critères. Il est, donc, logique que la Cosumaf nous attribue l’agrément, parce qu’il est dans son intérêt et le nôtre que nous puissions travailler. Vous l’avez compris, la Cosumaf est une grande institution et les commissions, forcément, prennent du temps. C’est tout à fait légitime pour qu’elles soient le plus claire possible que tout le monde soit présent. Aussi, leur emploi du temps va-t-il leur permettre d’avoir une commission sous peu et, nous espérons avoir notre agrément le jour de notre lancement officiel, c’est-à-dire le 21 novembre prochain, ce qui viendrait couronner cet événement.
Toutes proportions gardées, La Financière n’a pas pour unique vocation la bourse et, d’ores et déjà, elle est fonctionnelle, puisqu’elle est créée au niveau de l’Etat congolais. Elle est enregistrée au régime du commerce et dispose de tous les actes juridiques prouvant sa naissance. L’ingénierie financière est une fonction pour laquelle on n’a pas besoin d’agrément et certains d’autres de nos domaines de compétences non plus. Donc, aujourd’hui, La Financière a toute sa place dans le paysage financier congolais, en attendant cet agrément qui ne va pas tarder à arriver.

*Pourquoi, le nom La Financière?
** Il était important d’avoir un nom à connotation financière, pour rester dans la logique de la finance. C’était un pari du conseil d’administration. Je pense qu’il sonne plutôt bien.

Propos recueillis par
Cyr Armel YABBAT-NGO




Informations supplémentaires