Droit de réponse au journal La Semaine Africaine

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Suite aux allégations mentionnées dans votre journal n°3137 dans sa parution du mardi 25 octobre 2011, nous tenons à apporter un droit de réponse pour éclairer vos lecteurs (que nous sommes) et l’opinion publique nationale. En effet, dans ce numéro, à la rubrique «Coup d’œil en biais», en page 6, vous avez évoqué, parmi les faits divers, celui intitulé: «A Pointe-Noire, deux cérémonies d'obsèques bien différentes pour des officiers».

A ce sujet, nous tenons à porter à votre connaissance ce qui suit: la hiérarchie militaire est subdivisée en grades. Et selon leur grade, les militaires des Forces armées congolaises appartiennent à l’une des quatre catégories de personnel ci-après: militaires du rang, sous-officiers, officiers subalternes et supérieurs, et officiers généraux.
S’agissant du caporal-chef, il fait partie de la catégorie des militaires du rang et non de celle des officiers.
En ce qui concerne le cas des obsèques du colonel à la retraite. Il sied de souligner qu’un militaire à la retraite est rendu à la vie civile et à sa famille. Il est admis à la jouissance d'une pension. Par conséquent, il n'a plus droit aux honneurs militaires, quelle que soit son activité.
Toutefois, ceux qui ont eu à exercer de hautes fonctions militaires et politiques peuvent bénéficier des honneurs militaires, lors de leurs obsèques.
Que le caporal-chef ait eu des honneurs militaires à ses obsèques relève de son droit, parce qu’il est en activité.

Le Directeur de l’Organisation et des Ressources Humaines de l'Etat-Major Général des Forces Armées Congolaises
Le Capitaine de Vaisseau Mathias BANGUI
P.O Lieutenant Vivien TSOMAMBET

Informations supplémentaires