Ministère de l’enseignement primaire, secondaire et de l’alphabétisation : Don de Soco, la nouvelle école primaire de Vindoulou a été officiellement inaugurée

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Construite par la société Soco Exploration & Production Congo, la nouvelle école primaire du quartier Vindoulou, situé sur le plateau de Hinda, dans le quatrième arrondissement, Loandjili, à Poinre-Noire, a été officiellement remise aux autorités du Ministère de l’enseignement primaire, secondaire et de l’alphabétisation, au cours d’une cérémonie qui a eu lieu, le samedi 12 novembre 2011, sous le patronage de M. André Raphael Loemba, ministre des hydrocarbures, assisté de son homologue Rosalie Kama Niamayoua, ministre de l’enseignement primaire, secondaire et de l’alphabétisation. La construction de cette école rentre dans le cadre des projets sociaux issus des contrats de partage de production pétrolière.

Le quartier Vindoulou, à Pointe-Noire, compte  ainsi une nouvelle école primaire, qui a reçu sa première promotion au cours de cette année scolaire. Les travaux de construction de cette école avaient été lancés, le 13 avril 2011. Un an après, l’école est là, à la grande joie des parents et des élèves du quartier Vindoulou. La cérémonie de réception officielle de cette école était riche en couleurs et tout le monde était là. On pouvait, en effet, noter la présence de M. Serge Lescaut, directeur général de la société Soco, de M. Roland Bouiti Viaudo, député-maire de la ville de Pointe-Noire, de Mme Marie Fernande Catherine Dekambi Mavou-ngou, administrarteur-maire de l’arrondissement 4 Loandjili, des enseignants, des parents et de nombreux élèves.
Dans son mot de bienvenue, Mme Marie Fernande Catherine Dekambi Mavoungou s’est réjouie de voir ce quartier en pleine expansion, bénéficier d’une nouvelle école primaire. «La cérémonie qui nous réunit, ce jour, marque un grand pas significatif dans l’amélioration des conditions d’apprentissage des apprenants. Si, hier, notre circonscription administrative comptait onze écoles publiques, dorénavant, elle en compte douze, avec la construction de celle-ci. Du coup, elle va décongestionner les écoles des quartiers environnants et soulager l’inquiétude de nombreux parents qui voyaient leurs enfants parcourir de grandes distances, en quête d’une école publique, pour y recevoir un enseignement adéquat», a-t-elle déclaré.
Prenant la parole, pour sa part, Mme Patience Kibamba, responsable des projets sociaux au sein de la société Soco Exploration & Production Congo, a, au nom de son directeur général, donné les circonstances qui ont milité en faveur de la construction de cette école: «En effet, dans le cadre de l’exécution des projets sociaux 2011, nous étions appelés à réaliser un projet dans le domaine de l’éducation. Pour cela, nous nous sommes rapprochés de la direction départementale de l’enseignement, afin qu’elle nous fasse un état de besoin. Ce qui fût fait. Malheureusement, nous n’étions toujours pas satisfaits, car notre but était de soutenir ou de venir en aide aux populations vivant dans les zones reculées et dépourvues de structures scolaires. Dans notre prospection, nous nous sommes intéressés au quartier Vindoulou où, enfin, nous nous sommes retrouvés. Personne ne pouvait croire à la réalisation d’un tel projet dans ce quartier encore en plein essor. Mais, lorsque les murs ont commencé à monter, alors là, le doute de la population se dissipaient, petit à petit. Pourquoi le choix de ce site? Tout simplement, parce que la politique sociale du Groupe Soco International P.l.c veut concrétiser sa volonté à œuvrer à l’épanouissement et au développement de l’enfant, l’élite de demain. Si, autrefois, les enfants parcouraient trois à quatre kilomètres pour fréquenter les écoles publiques, aujourd’hui, avec la construction de cet édifice et sa mise en fonction, depuis le 3 octobre dernier, ces enfants ont vu leur distance se raccourcir. A présent, cette école compte déjà plus de 900 élèves inscrits. Nous tenons à vous rappeler que ce projet, qui est le résultat de l’engagement du Groupe Soco International P.l.c, soutient, également, la vision du chef de l’Etat en matière d’éducation et d’amélioration des conditions d’études en République du Congo».
De son côté, M. Steven Okana, contrôleur des travaux, a présenté les caractéristiques de l’établissement: «L’école de Vindoulou est un ouvrage constitué de deux bâtiments scolaires, un bloc administratif et des latrines. Les bâtiments scolaires mesurent, chacun, 21,75m sur 7,64 m et abritent trois salles de classes, avec une capacité de 36 élèves, soit 216 élèves par vague. Le bloc administratif est divisé en deux parties. Une pour la vague A et l’autre pour la vague B. Le bloc de latrine est constitué de sept cabines. Le projet a été, entièrement, financé par la Société Soco exploration & Production Congo. Les travaux ont été exécutés par l’entreprise Serbat-Congo. La mission de contrôle était à la charge de Géo-Consult. Les travaux lancés, le 13 avril 2011, ont pris fin, le 26 septembre dernier».
Mais, le cout global des travaux n’a pas été révélé à la presse.
Clôturant la série des allocutions, Mme Rosalie Kama Niamayoua s’est adressée particulièrement aux bénéfi-ciaires: «Voici votre école. Je vous demande de vous abstenir de tout acte incivique pouvant causer la dégradation de ce bijou. Aux parents d’élèves, vous êtes tenus de veiller sur ce patrimoine scolaire qui fait la fierté de votre quartier. Pour sa part, le gouvernement ne ménagera aucun effort, pour poursuivre l’œuvre de modernisation et d’extension des structures scolaires de cette qualité».
Après quoi, le ministre André Raphael Loemba a coupé le ruban symbolique marquant l’inauguration officielle de l’école de Vindoulou.
Habitante du quartier Vindoulou, Mme Elisabeth Pemba Mavoungou a exprimé sa joie, en ces termes: «Je suis très contente que l’Etat ait construit cette école dans ce quartier en développement où il n’y a aucune structure étatique. Je souhaite que Soco puisse penser aussi à nous construire un centre de santé intégré, pour les soins de proximité, car nous sommes très loin du centre-ville».

Equateur Denis NGUIMBI et Noëllie BOUANGA

Informations supplémentaires