Kinsoundi (4ème circonscription électorale de Makélékélé) Brazzaville : Anicet Wilfrid Mpandou rejette toute responsabilité dans les événements survenus à Kinsoundi

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Député élu dans la 4ème circonscription électorale de Makélékélé, dans le quartier Kinsoundi, à Brazzaville, Anicet Wilfrid Mpandou, connu sous le nom de Willy Mansanga, a tenu un point de presse, mercredi 23 novembre 2011, à son domicile, à Kinsoundi, pour rejeter toute responsabilité dans les événements survenus dans ce quartier, et qui ont entraîné le limogeage du commissaire de police. En tant que ressortissant du Pool, il a appelé à soutenir la municipalisation accélérée lancée par le président de la République, Denis Sassou Nguesso, pour reconstruire et développer ce département.

Pour le député Anicet Wilfrid Mpandou, le conflit survenu le vendredi 11 novembre dernier, à Kinsoundi, entre les populations et le commissaire de police de ce quartier, est le fait de certains hommes politiques qui ne veulent pas de la réussite de la municipalisation accélérée du département du Pool et qui veulent, à tout prix, la peau du député de Kinsoundi.
Il a expliqué que s’il était descendu sur le terrain pour ramener le calme à Kinsoundi, c’est à la suite d’un coup de fil que lui avait passé le général Jean François Ndengué, directeur général de la police, lui demandant de se rendre sur le terrain, afin de calmer les populations en colère contre le commissaire de police. Malheureusement, des mauvaises langues ont jeté l’anathème sur lui, avançant qu’il serait de mèche avec le commissaire de police, pour semer le trouble dans le quartier.
Devant ces allégations, il a rappelé que le commissaire de police, aujourd’hui limogé, avait des habitudes qui ont fini par révolter la population. Il prenait, chaque mois, la somme de 2.500 F Cfa dans chacune des 393 familles installées dans les bâtiments de l’ex-usine textile de Kinsoundi, et le montant de 80.000 F Cfa par boutique des commerçants ouest-africains pour la sécurisé. Devant cette situation et l’insécurité caractérisée par le vol de câbles électriques dans leur quartier, les populations se sont soulevées contre ce commissaire de police. Le braquage du jeudi 10 novembre 2011, dans une boutique de Kinsoundi, a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. «Les manifestations contre la police n’étaient jamais instrumentalisées par les proches du député de la circonscription, comme pensent certaines personnes. Ce sont, plutôt,  les cas de vol de câbles électriques et d’insécurité dont sont victimes les populations de Kinsoundi qui ont conduit à ce conflit. Voilà pourquoi, le commissaire avait maille à partir avec la population», a-t-il dit.
En somme, le député élu dans la quatrième circonscription de Makélékélé a rejeté toute responsabilité dans les manifestations de la population contre l’ancien commissaire de police. Même s’il a un passé, il a indiqué qu’il a tourné la page et que maintenant, il a une famille, il est député, il travaille pour la paix. «J’ai été élu député de Kinsoundi, pour apporter ma modeste contribution, en soutenant les opprimés et les orphelins. Pour ma part, il n’est pas question de reprendre les armes dans ce pays. Je milite pour la réussite de la municipalisation accélérée du Pool et j’invite les jeunes à préserver cette dynamique de paix, sous la clairvoyance du président Denis Sassou Nguesso, en vue de soutenir, ensemble, Le chemin d’avenir. Les palabres, la haine, la division ne sont plus d’actualité. Tous ceux qui pensent qu’Anicet Wilfrid Mpandou peut encore ressusciter les vieux démons, se trompent de cible. L’heure est arrivée à la construction du pays, surtout du département du Pool, meurtri», a martelé Anicet Wilfrid Mpandou, qui, à ce point de presse, a annoncé qu’il ne sera plus candidat à la députation aux élections législatives de 2012. Pour lui, sa mission était d’aider les opprimés, avec pour slogan: «Le quartier d’abord et le reste après». Reste, maintenant, à savoir si les populations qui le soutiennent accepteront qu’il ne se représente plus à la députation.

Pascal BIOZI KIMINOU 

Informations supplémentaires