Journée mondiale de lutte contre le sida : Entreprise citoyenne, Total E&P Congo a étendu sa campagne de sensibilisation dans trois villes

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Dans le cadre de la célébration de la journée mondiale de lutte contre le V.i.h-sida, célébrée chaque 1er décembre de l’année, la société Total E&P Congo a organisé, simultanément,  dans trois villes, Brazzaville, Dolisie et à Pointe-Noire, une série d’activités liées à la sensibilisation de la population à la lutte contre le V.i.h-sida. En effet, la lutte contre cette pandémie fait partie intégrante de l’axe santé de la politique de développement durable au sein de la société Total E&P Congo.

A Pointe-Noire, tout a commencé dans la matinée du 1er décembre, Total E&P Congo et Total distribution ont déployé des équipes dirigées par des pairs éducateurs, à travers tout son réseau de stations-services, pour interpeller les usagers et les passants sur les méfaits de la pandémie dévastatrice. Ainsi, les pairs éducateurs, hormis les conseils donnés liés à la maladie, ont distribué des préservatifs masculins et féminins et des dépliants contenant des informations de lutte contre le virus.
Igor Babassana, taximan, interrogé à la station-service de Fond Tié-Tié, a exprimé sa satisfaction en ces termes: «Je loue l’initiative prise par Total E&P Congo. Il y a des gens qui sont malades, mais ne le savent pas. C’est toujours bien de connaître son statut sérologique, pour éviter tout acte sexuel à risque. Toute cette semaine, je vais relayer les enseignements reçus ici, auprès des pairs éducateurs, à mes clients. Dès demain, j’irai faire mon dépistage, surtout qu’il est gratuit. Il m’a, aussi, donné des préservatifs des deux sexes que je vais utiliser, dorénavant, devant une partenaire de la rue. Merci à Total d’y avoir pensé».
Le V.i.h-sida est l’affaire de tous et les entreprises de la place représentent un excellent relais d’informations particulièrement adapté à la lutte contre cette pandémie. C’est dans ce sens que Total E&P Congo a convié plusieurs acteurs économiques et associations sanitaires de Pointe-Noire, dans l’après-midi, à l’Espace du Trentenaire, pour une session de sensibilisation, d’informations et d’échanges, dans la lutte contre le V.i.h-sida, au sein des dites entreprises.
C’était en présence de M. Jacques Azibert, Directeur général de Total E&P Congo, M. Jean de Dieu Balendé, Directeur départemental de la santé à Pointe-Noire, et biens d’autres invités de marque.
Prenant la parole, pour son mot de circonstance, M. Jacques Azibert a expliqué les buts visés par cette journée instituée depuis le 1ier décembre 1988, par l’O.m.s (Organisation mondiale de la santé). «Si, de 2005 à 2010, un thème récurrent: «Tenir la promesse», a été choisi, cette année, ce thème a changé, pour se transformer en un objectif quantifiable: Zéro décès; Zéro nouvelle infection au V.i.h-sida; Zéro discrimination; Zéro décès lié au V.i.h-sida. Cela m’inspire deux choses: d’abord que ce sujet, particulièrement sérieux, mobilise toutes les énergies, partout sur la planète et, bien sûr, ici au Congo. Cette solidarité est une condition sine qua non pour espérer, un jour, vaincre définitivement cette pandémie. Ensuite, le fait de définir un objectif quantifiable, témoigne de l’assurance que la communauté acquiert progressivement quant à nos chances réelles, au demeurant, de vaincre définitivement cette pandémie, grâce à l’espoir que suscite les récentes avancées dans le domaine. C’est peut-être cette attitude qui fait que, malgré vos multiples occupations, malgré vos agendas que je sais chargés, vous ayez pris le temps de venir ici, manifester votre soutien à tous ceux qui sont frappés par ou qui vivent avec cette maladie, mais aussi inciter ceux qui ne le sont pas à adopter des comportements propres à les en préserver. Cette capacité du plus grand nombre à se mobiliser est capitale. C’est notre obligation individuelle et, surtout, commune, car l’histoire montre bien que c’est dans la communauté que naissent les synergies. Alors permettez-moi que je remercie, sincèrement, chacun d’entre vous d’être présent cet après-midi. Total E&P Congo, parce qu’entreprise citoyenne, mène une politique de santé qui va au-delà  du périmètre de l’entreprise que nous menons une campagne de lutte contre l’obésité, que nous menons une campagne pluriannuelle contre le paludisme, avec un événement annuel du même type que celui qui nous réunit aujourd’hui, que nous mettons en place, en partenariat avec la mairie centrale et celle de Mvoumvou, un projet-pilote de gestion des ordures ménagères, dit: «Quartier propre» et bien sûr cette politique de lutte contre le V.i.h-sida. Ces actions sont menées au profit de nos publics internes bien sûr, mais aussi des populations de Pointe-Noire en général».
Prenant la parole à son tour, M. Bernard Paul, Chef de la clinique médicale de Total E&P Congo, a présenté la situation au sein de cette entreprise au Congo: «Les stratégies de lutte adoptées par la Division médicale, depuis plusieurs années, consistent à assurer à tous ceux qui en n’ont besoin, l’accès à la prévention, au dépistage, au traitement, aux soins et à l’appui en matière de V.i.h-sida au sein même de notre entreprise. Aujourd’hui, quelle est la situation à Total E&P Congo? Le nombre de dépistage pratiqué à la clinique a doublé en dix ans. Il concerne, bien sûr, les collaborateurs, mais aussi les familles. Dans l’avenir, notre objectif est de renforcer le dépistage chez nos jeunes. Si le nombre de dépistage augmente, le nombre de nouvelle contamination est en baisse. Il reste, toutefois, préoccupant que nous devons accomplir des efforts pour atteindre l’objectif Zéro nouvelle contamination. Depuis 2001, le nombre de décès est en constante diminution. Cette baisse est particulièrement nette depuis 2005 et correspond à l’arrivée et, surtout, la généralisation des thérapies antiré-trovirales. L’une des conséquences est l’accroissement du nombre de personnes vivant avec le V.i.h-sida. Cela témoigne aussi de l’efficacité de la prise en charge et l’absence de toute discrimination. Aujourd’hui, pour obtenir les objectifs que nous proposent l’O.m.s, notre riposte doit évoluer dans le domaine de la prévention».
Clôturant la série des allocutions, M. Jean-Pierre Kouendolo, Coordonnateur de l’Unité départementale de lutte contre le sida, a présenté à l’assistance les statistiques de la séroprévalence au Congo en général et à Pointe-Noire en particulier: «L’engagement des Autorités de notre pays au plus haut niveau de l’Etat a permis de mettre en place le C.n.l.s (Conseil national de lutte contre  le sida) depuis 2005, un certain nombre de stratégies qui ont, sans nul doute, pour effet, la tendance actuelle à infléchir l’épidémie dans notre pays. La séroprévalence est passée de 4,2 en 2005 à 3,2% en 2009 au niveau national et de 5% à 4,6% à Pointe-Noire. Ceci grâce à une approche multisectorielle de lutte contre ce terrible fléau. La présente manifestation est une parfaite illustration. Cependant, la tendance actuelle de l’épidémie, dans notre pays, ne doit pas nous faire baisser la vigilance. C’est-à-dire, chacun de nous devrait réfléchir, pour bâtir des stratégies durables de réduction de la vulnérabilité, par la construction d’un plan personnalisé contre le V.i.h-sida».
Le moment le plus pathétique de cette session de sensibilisation a été la projection du film du couple séropositif Maba, présent à l’Espace, marié officiellement, qui a déjà eu un enfant séronégatif.
Après leur témoignage vivant, le couple a eu des échanges avec le public. La visite des stands a clos la manifestation.

Equateur Denis NGUIMBI


Informations supplémentaires