Sénat : Décès, à Paris, de Bernard Combo Matsiona

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Sénateur élu en 2008, dans le département du Pool s,ur la liste du M.c.d.d.i (Mouvement congolais pour la démocratie et le développement intégral), Bernard Combo Matsiona s’est éteint, à Paris (France), le 28 mars 2012, à l’âge de 73 ans. L’illustre disparu était malade et ne se présentait plus, depuis belle lurette, aux activités du sénat. D’ailleurs, le jour même de son élection à la Chambre haute du parlement, l’ancien président de l’assemblée nationale populaire n’était pas présent dans la salle, à Kinkala, chef-lieu du département du Pool.

Né le 17 décembre 1939, à Brazzaville, Bernard Combo Matsiona fut membre de la J.m.n.r (Jeunesse du Mouvement national de la révolution), sous le régime du président Alphonse Massamba-Débat (1963-1968), du comité central et du bureau politique du P.c.t (Parti congolais du travail), sous le régime du président Marien Ngouabi, celui du président Sassou Nguesso.
Ingénieur agronome de profession, il a occupé les fonctions de ministre de la santé, ainsi que de ministre du travail, de l’emploi et de la refonte de la fonction publique et de la prévoyance sociale.
En 1989, Bernard Combo Matsiona est élu président de l’assemblée nationale populaire. A la faveur du multipartisme, il démissionne  du P.c.t et intègre le M.c.d.d.i de Bernard Bakana Kolélas dont il sera membre du bureau exécutif national et sera même nommé conseiller spécial du président-fondateur de ce parti.
Lors des élections sénatoriales de 2008, il est élu sénateur, dans le département du Pool, sur la liste du M.c.d.d.i, malgré son absence remarquée dans la salle, le jour du scrutin, pour cause de maladie. La triste nouvelle de sa disparition a contraint le sénat à organiser, mardi 24 mars dernier, une séance plénière spéciale, pour mettre en place les différentes commissions devant organiser les obsèques.
Homme souriant, accueillant et fraternel, Bernard Combo Matsiona avait les traits du visage tirés par la fatigue de la maladie. Au sénat, il était membre de la commission éducation, culture, science et technologie.

Cyr Armel YABBAT-NGO

Informations supplémentaires