C.n.r (Conseil national des Républicains) : 19 candidats aux élections législatives dont Frédéric Bintsamou à Mayama

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Le C.n.r (Conseil national des républicains) a présenté, samedi 16 juin 2012, dans la salle Louis Badila située au siège de La Semaine Africaine, à Brazzaville, ses candidats aux élections législatives dont le premier tour est prévu dimanche 15 juillet prochain. C’était au cours d’une conférence de presse animée par Jean Cris Antoine Walembaud, secrétaire général du parti de Frédéric Bintsamou, délégué général à la culture de paix et à la réparation des séquelles de guerres. A cette occasion, l’orateur a pointé du doigt le gouvernement qui, selon lui, ne respecte pas les recommandations issues de la concertation nationale politique d’Ewo, notamment sur les points portant sur le financement des campagnes électorales des partis politiques et la refonte de la Conel (Commission nationale d’organisation des élections).

Dans sa conférence de  presse, Jean Cris Antoine Walembaud a fait le point de la mise en œuvre des recommandations de la concertation politique d’Ewo, qui avait eu le mérite de s’achever sur une note de satisfaction des acteurs politiques de la majorité comme de l’opposition, ainsi que la société civile et des confessions religieuses qui y avaient participé.
Mais, il a épinglé deux points qui, pour lui, témoignent de la mauvaise volonté du gouvernement d’appliquer les résolutions de cette concertation à laquelle il avait, lui-même, participé, comme délégué de son parti, le C.n.r. Pour le parti de Frédéric Bintsamou, le gouvernement n’a pas respecté le point six des recommandations portant, essentiellement, sur le financement des partis politiques, «surtout à l’endroit de ceux de l’opposition. Aucun décret n’a été promulgué dans ce sens. C’est vraiment dommage», a-t-il déclaré.
Selon l’orateur, la deuxième violation porte sur l’inscription, par le gouvernement, des opérations pré-électorales dans un timing précis. Tout en dénonçant le manque de fiabilité du fichier électoral, Jean Cris Antoine Walembaud a précisé qu’à moins d’un mois du scrutin, rien n’a encore été fait de concret. «Plus grave encore, les membres de la nouvelle Conel ne sont pas toujours connus. Or, l’article 15 nouveau, alinéa 2 stipule que la Conel doit assurer le suivi des actes posés par le gouvernement. Nous sommes pratiquement à quelques semaines des élections, cet organe important, qui a été la thématique principale de la concertation d’Ewo, n’existe pas encore du point de vue organique. On ne sait pas qui est membre de la Conel. Est-ce que les propositions que nous avons faites, de manière consensuelle, pour les membres du bureau, seront prises en compte dans l’arrêté?», s’est-il interrogé.
Il s’est interrogé sur l’article 17 nouveau qui stipule que la Conel assure, aussi, l’action et le suivi des actes préparatoires en veillant, naturellement, sur leur accomplissement et proposer à l’administration toute mesure susceptible de contribuer à la bonne tenue des élections. Vous comprenez bien la préoccupation qui est la nôtre. A quel moment la nouvelle Conel va-t-elle effectuer son travail?», a poursuivi  Cris Antoine Walembaud.
Partant de tous ces faits, le secrétaire général du C.n.r a attiré l’attention des pouvoirs publics sur la rentabilisation des décisions d’Ewo. «Si les pouvoirs publics continuent à considérer que les partis qui avaient accepté de discuter avec eux ne sont que des faire-valoir anonymes, c’est une erreur grave. Il faudrait, rapidement, corriger certaines choses, parce qu’il faut bien aussi tenir compte du contexte international. Ce n’est pas une menace. Nous sommes partis à Ewo avec beaucoup d’espérance et nous commençons, progressivement, à réaliser que ce fut, peut-être,  une erreur», a-t-il remarqué.
Toutefois, il a fait savoir qu’au sortir de cette concertation, une commission devrait être mise en place pour travailler avec le gouvernement, afin de veiller à l’application de toutes ces recommandations prises. «Cette commission n’a jamais vu le jour. Pour quoi avoir perdu autant d’argent dans un dispositif important pour le pays, pour ne pas appliquer ces recommandations? Nous ne comprenons pas. Le gouvernement a travaillé seul, alors que nous n’étions pas convenus comme ça», a-t-il affirmé.
En dépit de ce constat, le C.n.r a, néanmoins, présenté 19 candidats aux élections législatives, scrutin du 15 juillet prochain, dont onze dans le Pool, trois à Brazzaville, trois à Pointe-Noire et deux dans le Niari. Le président du C.n.r, Frédéric Bintsamou, est candidat dans la circonscription unique de Mayama, dans le département du Pool.

Cyr Armel YABBAT-NGO

Informations supplémentaires