30ème session ordinaire du sénat : André Obami-Itou appelle au triomphe de la paix, la sérénité et la concorde nationales

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Les Vénérables Sénateurs sont en pleins travaux relatifs à la 30ème session de la Chambre haute, ouverte par le Président du Sénat, André Obami-Itou, le lundi 2 juillet 2012, au Palais des congrès, à Brazzaville. 44 affaires sont inscrites à l’ordre du jour de cette session, qui se déroule sur fond des élections législatives dans le pays et où le gouvernement n’était pas représenté. Dans son discours d’ouverture de cette session, le Président du Sénat a fait largement allusion aux élections législatives, qui constituent «une activité phare du contexte national». Raison pour laquelle il a appelé, dans son discours, au triomphe «de la paix, la sérénité et la concorde» nationales, pour la victoire de la démocratie congolaise. Voici, ci-après, l’intégralité de son discours.

- Monsieur le Ministre dela Communication, et des Relations avec le Parlement, Porte-parole du Gouvernement;
- Vénérables Membres du Bureau;
- Vénérables Sénateurs;
- Mesdames et Messieurs,

Dans treize jours, exactement, auront lieu les législatives dans notre pays. Le 29 juin dernier a été ouverte la période de campagne électorale. Tout est, donc, fin prêt pour le grand jour, le 15 juillet 2012.
Ce grand jour n’a rien de spectaculaire; ce grand jour qui, cependant, marquera une étape importante dans l’engagement sans faille de notre pays à tenir des élections libres, transparentes et apaisées.
Au moment où nous-nous disposons à ouvrir la 30ème Session ordinaire du Sénat, les Législatives qui se profilent à l’horizon proche constituent, donc, à n’en point douter, une activité phare du contexte national.
En rappel, les conclusions issues des travaux de la concertation politique d’Ewo, du 15 au 17 décembre 2011, sont de réelles et solides balises de notre élan collectif vers une vie nationale démocratique, pleine et entière. En outre, il y a le code de bonne conduite signé et rendu public, le 28 juin dernier, à Brazzaville. Ce code de bonne conduite, qui a bénéficié du soutien de l’Union Européenne et de l’U.S.A.I.D, consacre la volonté des signataires à promouvoir le climat de confiance et d’apaisement en cette période électorale.
Cet important document appelle, notamment, je cite: «à proscrire toute forme de violence verbale ou physique, toute attaque personnelle et à bannir toute allusion régionaliste, ethnique, raciste, sexiste ou religieuse», fin de citation
Le code de bonne conduite est un cadre à valeur juridique et morale, qui définit les droits et les obligations de chaque acteur politique ou civile engagé dans le processus électoral.
Il incombe, à chacun et à tous, de le respecter et de s’y conformer, afin que le scrutin du 15 juillet 2012 s’inscrive en lettres d’or, dans les annales de l’histoire des élections et de la démocratie de notre pays.
Tout dépend de nous et rien, alors rien du tout, ne saurait y faire obstacle.
C’est pour cela que j’exhorte tous les acteurs politiques, tous les candidats, tous les opérateurs de campagne électorale, tous les observateurs conscients et vigilants dans les bureaux de vote, les électeurs et l’ensemble du peuple congolais, à se hisser à la hauteur de ce rendez-vous avec l’Histoire et la démocratie. Ce faisant, que la paix, la sérénité et la concorde triomphent.
Ce faisant, que les élections libres, justes, transparentes et apaisées soient de nobles réalités congolaises et que tous les Congolais soient en parfaite communion avec leur cher pays, le Congo.
Ce faisant, enfin, qu’il y ait victoire de la démocratie sur toute la ligne, qu’il y ait un glorieux triomphe dans les cœurs, les consciences et les esprits.

Tels sont les sentiments qui m’animent.
Tels sont les vœux que je forme en cette occasion solennelle de l’ouverture de la 30ème Session ordinaire de la Chambre Haute, Chambre de Modération et de Conseil de la Nation.

- Vénérables Sénateurs et Chers Collègues,
- Mesdames et Messieurs,
La présentation de l’ordre du jour de notre Session vient de nous être faite. Un ordre du jour chargé avec 30 Affaires, et nous ne sommes pas à l’abri d’autres inscriptions, au fil du déroulement de nos travaux. La plupart des affaires inscrites à l’ordre du jour sont des projets de loi autorisant des ratifications de nos engagements bilatéraux ou multilatéraux.
Ces projets de loi de ratification sont des textes d’importance majeure qui soulignent l’insertion du Congo dans la chaîne des relations de coopération et de solidarité internationales.
Comme nous le faisons, toujours, nous accorderons à l’examen de ces Affaires, tout l’intérêt et toute l’attention voulus.
A l’ordre du jour de la 30ème Session ordinaire figurent, également, des projets de loi qui contribuent à renforcer notre arsenal juridique en matière de gestion et de bonne gouvernance.
Je m’en voudrais, en cet instant, de ne pas appeler l’attention des Vénérables Sénateurs sur les projets de loi de règlement dont l’adoption, dans les formes requises par le Parlement, constitue un gage de bonne gestion des deniers publics. Je constate que le retard naguère pris par le Gouvernement, dans l’accomplissement de cette tâche, se résorbe, peu à peu. Je l’encourage à fournir l’effort nécessaire, pour se mettre à jour, à l’entière satisfaction et du Parlement et de la Cour des Comptes et de Discipline Budgétaire.
Au total, nous avons du pain sur la planche. Cependant, que l’abondance et l’importance des Affaires ne créent, en nous, aucune inhibition, aucun découragement.
Bien au contraire, trouvons en cela le ferment nécessaire qui décuplera nos capacités et nous permettra, le moment venu, de dire: «Mission accomplie».
C’est dans cette perspective qu’il me plait, Vénérables Sénateurs, Mesdames et Messieurs, de déclarer ouverte, la 30ème Session ordinaire dite session administrative du Sénat.

Je vous remercie.