Coopération Congo - Chine : Un crédit d’Eximbank, pour la reconstruction des quartiers détruits à Brazzaville

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Eximbank, l’une de grande banque publique de Chine, a signé trois conventions de financement d’un montant total de 600 millions de dollars américains (environ 300 milliards de francs Cfa),  avec le gouvernement, pour la reconstruction des quartiers détruits de Brazzaville et à quelques grands travaux, dont des routes. La signature de ces accords de crédit a eu lieu dans la salle de conférence du Ministère des finances, du budget  et du portefeuille public, à Brazzaville, le samedi 7 juillet 2012, entre Zhu Xin Qiang, vice-gouverneur d’Eximbank, et Gilbert Ondongo, le ministre des finances, du budget et du portefeuille public, en présence de Guan Jian, ambassadeur de Chine au Congo, et de Jean-Jacques Bouya, délégué général aux grands travaux.


Le vice-gouverneur de la banque chinoise Eximbank, M. Zhu, a séjourné à Brazzaville, du 6 au 9 juillet 2012. Sa visite a été consacrée, essentiellement, à la signature des contrats de financement d’un montant total de 600 millions de dollars avec le gouvernement, sous forme de crédit, pour accompagner le Congo dans ses grands projets de construction d’infrastructures de base.
Pendant son séjour,  le vice-gouverneur d’Eximbank a  visité, également, les quartiers détruits par les explosions du dépôt de munitions du camp du régiment blindé de Mpila. Livrant ses impressions, à l’issue de cette visite, il a déclaré: «Je partage le même sentiment que le gouvernement. Nous sommes très touchés par le niveau  des dégâts causés. La coopération sino-congolaise est vieille de longue date. Les peuples chinois et congolais partagent de très bonnes relations. Sur le plan financier, nous avons de très bonnes relations. On se tient l’un et l’autre dans la construction de nos pays. Lors de notre coordination financière, nous allons mener à bien notre coopération. Que ça soit la Chine ou  le Congo, nous appartenons, tous, au tiers-monde. Nous avons, tous, le même souci, qui est  le développement. Du point de vue financier, nous avons la volonté de renforcer la coopération avec votre pays. J’ai visité le site de la catastrophe. Nous avons la volonté d’accompagner le pays sur le plan financier, pour la reconstruction des quartiers sinistrés, sous la direction des deux gouvernements, avec une bonne efficacité. D’ailleurs, j’invite le ministre des finances à visiter le siège de notre banque, à Pékin, même en compagnie de sa famille», a-t-il confié.
Pour le ministre Gilbert Ondongo, à qui l’invitation du vice-gouverneur d’Eximbank a été adressée, «l’amitié sino-congolaise n’est pas démentie et, dans nos cœurs, nous portons, réellement, la Chine. La République Populaire de Chine nous a, vraiment, montré qu’elle nous aime beaucoup. Je vous remercie, particulièrement, sur ce que vous êtes en train de faire, pour aider Brazzaville à se reconstruire. Je rappelle que le premier ministre de Chine  a parlé avec le président de la République à Rio, lors du sommet sur l’environnement. Nous mêmes, nous sommes partis là-bas, nous avons parlé avec vous et le vice-ministre chinois du commerce. Aujourd’hui, je constate que les choses sont en place et tout se concrétise».
Il faut préciser que parmi les projets de construction des infrastructures de base concernés par le crédit chinois au Congo, il y a les routes Mambili-Ouesso, Okoyo-Lékéty/Frontière Gabon, les lignes de transport d’électricité associées au barrage de Liouesso et la délocalisation des casernes militaires.
Signalons que lors de son séjour congolais, Zhu Xin Qiang et la délégation qui l’accompagnait ont été reçus en audience par le président de la République Denis Sassou Nguesso, en présence du délégué général aux grands travaux, Jean-Jacques Bouya.

Philippe BANZ.

Informations supplémentaires