C.e.e.a.c (Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale) : Une mission internationale d’observation électorale envoyée au Congo

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Dans un communiqué de presse publié à Brazzaville, le 12 juillet 2012, Crispin Jaime Sangale Rondo, chef et porte-parole de la mission d’observation de la C.e.e.a.c, secrétaire général adjoint de la C.e.e.a.c, chargé de l’intégration socio-culturelle, parle de la mission d’observation envoyée par la C.e.e.a.c au Congo. Voici l’intégralité de ce communiqué de presse.

La Mission internationale d’observation électorale de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC) est arrivée à Brazzaville, le vendredi 6 juillet 2012, pour observer les opérations de vote, à l’occasion des élections législatives du dimanche 15 juillet 2012.
Cette Mission fait suite à la convocation du Collège électoral par le Gouvernement de la République du Congo, par décret n°2012-678 du 25 mai 2012, de Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, Denis Sassou Nguesso.
La Mission, conduite par Monsieur Crispin Jaime Sangale Rondo, Secrétaire général adjoint chargé de l’Intégration Socio-Culturelle, en lieu et place de Son Excellence Monsieur le Secrétaire général, engagé sur d’autres dossiers, est composée d’experts ressortissants des Etats membres de la Communauté. Elle constate, avec consternation, que deux élus du Peuple congolais, rappelés à Dieu, n’ont pas pu, de ce fait, solliciter les suffrages de leurs électeurs et saisit cette occasion pour présenter aux familles de feu Dieudonné Missié et Jean-Claude Siapa-Ivouloungou, les sincères condoléances de la Communauté.
En outre, elle se félicite du cadre juridique dont s’est doté la République du Congo, en particulier la loi n°15-2001 du 31 décembre 2001 du Conseil Supérieur de la Liberté de Communication, qui participe de l’affermissement du droit à la liberté d’expression, relative au pluralisme dans l’audiovisuel, qui a été renforcé, dernièrement, par le décret n°2012/725 du 25 juin 2012. Aussi, espère-t-elle que toutes ses dispositions pertinentes seront, effectivement, mises en œuvre dans le cadre de la tenue de ce scrutin.
Par ailleurs, dans le cadre de ses contacts, la Mission a eu des rencontres avec certaines Autorités de la République du Congo en charge de la préparation et de l’organisation des élections dont notamment:
- le Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération;
- la Commission Nationale d’Organisation des Elections (CONEL);
- le Ministère de l’Intérieur, dont la Direction Générale des Affaires Electorales:
- les autres Missions d’observation électorale dont celle de l’Union Africaine.
La Mission salue l’action de tous les acteurs politiques qui ont appelé le corps électoral à s’acquitter de son devoir de souverain primaire dans un contexte apaisé, ainsi que les partenaires qui ont apporté leur contribution à la préparation du scrutin du 15 juillet 2012 et relève notamment l’apport de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) pour le séminaire organisé du 3 au 5 juillet 2012 en faveur des Observateurs nationaux, ainsi que l’appui du PNUD à la politique du «genre» de la CEEAC, en organisant, le 10 juillet 2012, un atelier de formation au bénéfice des femmes candidates aux élections législatives.
Elle prend acte de la Déclaration de la Sous-commission Sécurité de la CONEL, qui, au terme des travaux des 5 et 6 juillet 2012, a précisé que la Force Publique sécurise les opérations de vote, sans s’immiscer dans le processus électoral.
De même, invite-elle les Congolaises et les Congolais en âge de voter, régulièrement inscrits sur la liste électorale, à se déplacer massivement, pour exercer leur droit et devoir civique, le 15 juillet 2012, afin qu’ils puissent se reconnaître dans la nouvelle Assemblée Nationale. Enfin, elle exhorte les Autorités en charge de l’organisation du scrutin à s’acquitter de leurs tâches dans un esprit de responsabilité civique».

Informations supplémentaires