Session inaugurale de la 13ème législature de l’assemblée nationale : Sans surprise, Justin Koumba de nouveau au perchoir

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Elus lors des élections législatives du 15 juillet et 5 août 2012, les 136 députés et les trois dont les mandats ont été renouvelés par la Cour constitutionnelle, sont, officiellement, entrés en fonction, le 5 septembre dernier, au cours d’une séance inaugurale présidée par le doyen d’âge, Auguste Célestin Gongarad-Nkoua, président de l’U.p.d.p (Union pour la démocratie et le progrès), au palais des congrès, à Brazzaville. Cette session inaugurale avait pour but d’élire les sept membres du bureau de l’assemblée nationale. Sans surprise, c’est Justin Koumba, 65 ans, (député P.c.t), qui a été reconduit comme président de l’assemblée nationale. Le premier vice-président en est René Dambert Ndouane, tandis que le deuxième vice-président est Sylvestre Ossiala.

Ancien président du C.n.t (Conseil national de transition), parlement de transition, de 1997 à 2002, ancien président de la commission nationale des droits de l’homme (2003-2007) et député de Banda, Justin Koumba succède à lui-même, selon le choix fait par son parti, le P.c.t qui, la veille, c’est-à-dire le mardi 4 septembre, avait fait le choix des membres du bureau de l’assemblée nationale, au cours d’une réunion de ses responsables et ceux des partis alliés, à son siège, à Mpila.
La session inaugurale de la 13ème législature de l’assemblée nationale a débuté par un huis clos de tous les députés de la majorité comme de l’opposition. La presse et le public venus a cette rentrée parlementaire étaient tenus à l’écart. L’objectif de ce huis clos était, croit-on savoir: mettre en place le bureau provisoire devant diriger les travaux de cette session inaugurale. Ainsi, le doyen d’âge, Auguste Célestin Gongarad-Nkoua, entouré des deux benjamins, Denis Christel Sassou Nguesso et Ulrich Ngoma Mboukou, ont composé le bureau d’âge. Puis, le public et la presse ont été autorisés à intégrer la salle, qui n’a pas pu contenir tout le monde, y compris la grande salle des congrès où un écran géant a été placé. Parents, familles, amis, connaissances, associations, etc, n’ont pas voulu rater l’événement. Ils avaient pris d’assaut le palais des congrès.
138 députés étaient présents à cette session inaugurale, dont 7 seulement de l’opposition, élus sous le label de l’U.pa.d.s, l’ancien parti au pouvoir (1992-1997). Avant le vote proprement dit, le président de la séance a demandé au premier secrétaire, Denis Christel Sassou Nguesso, de donner lecture de la liste des 136 députés élus et leurs suppléants. Afin de la rendre complète, le ministre de l’intérieur et de la décentralisation et député de Mpouya a fait observer qu’il fallait aussi lire la décision de la Cour constitutionnelle qui proroge le mandat de trois députés de Brazzaville.
Par ailleurs, les députés ont pris connaissance de la note du secrétaire général de la Cour constitutionnelle, sur les recours en annulation qui concernent 43 députés dont l’élection est contestée devant cette haute juridiction, en attendant que celle-ci ne fasse connaître son verdict.
Cette session a été marquée par une allocution du doyen d’âge. Auguste Célestin Gongara-Nkoua s’est adressé aux élus du peuple, pour les appeler à prendre conscience de leur rôle. Il a remercié les électeurs qui leur ont accordé leur confiance. «Notre élection au suffrage direct confère, à chacun d’entre nous, une parcelle incontestable et incontestée de la souveraineté nationale que nous incarnons et que nous incarnerons jusqu’à la fin de cette législature», a-t-il précisé.
Pour lui, les députés ont l’obligation de ne jamais perdre le contact avec leurs concitoyens. Car, «nous servons de liaison entre eux… En tant que parlementaires, vous êtes le lien entre le niveau local et le niveau national, entre le niveau national et le niveau mondial. Soyons conscients de la tâche et de la responsabilité qui nous incombe. Lorsque je regarde cet hémicycle, j’ai toujours conscience que derrière chaque député élu, il y a  plusieurs milliers de Congolais. C’est notre honneur de les représenter et de les respecter tous, quels que soient leur vote et conviction politique. Notre mandat nous oblige à ne jamais perdre le contact avec nos concitoyens», a-t-il poursuivi.
L’élection des membres du bureau de l’assemblée nationale était sans surprise. C’est le député Jean-Claude Ibovi, président du M.d.p, parti de la majorité présidentielle, qui a fait la seule proposition de candidature au bureau de l’assemblée nationale. L’opposition n’a pas présenté de candidats. Le vote était à bulletin secret, comme le stipule le règlement intérieur de l’assemblée nationale. Mais, le jeu démocratique ne s’est pas vraiment fait, puisqu’il n’y avait pas de concurrents. 
Après leur élection, les membres du nouveau bureau de l’assemblée nationale ont été félicités par le président de séance, avant de prendre leurs fonctions, en s’installant à la tribune, sous les applaudissements de leurs collègues.
Dans son allocution de circonstance, le président Justin Koumba a exprimé son émotion et toute sa gratitude à ses collègues. «Je voudrais vous exprimer toute ma reconnaissance et vous assurer de mon indéfectible dévouement. Je voudrais aussi exprimer mes sincères remerciements et ma déférente gratitude à l’endroit de Son Excellence Monsieur le président de la République», a-t-il dit. Il a formulé le vœu de faire de l’assemblée nationale, une institution inspirée, pleine d’imagination et de créativité. «Pendant cette législature, il nous faudra apporter les réponses aux préoccupations des Congolaises et des Congolais autour des réformes audacieuses, mais toujours possibles», a dit, Justin Koumba qui, par ailleurs, s’est engagé à faire aboutir le projet de construction du siège de l’assemblée nationale dont les études sont déjà très avancées.
Aussitôt la séance inaugurale, les députés de la 13ème législature ont entamé leur première séance plénière. Et à cette séance, la plupart des membres du gouvernement et les hauts cadres de l’Etat élus députés, qui avaient participé à la session inaugurale, n’étaient pas présents. Rappelons que la session inaugurale prend fin le 18 septembre prochain. Au cours de cette session, les députés vont mettre en place les différentes commissions permanentes, les groupes parlementaires et adopter le règlement intérieur de la 13ème législature.

Cyr Armel YABBAT-NGO

Qui est Justin Koumba

Né le 5 avril 1947, à Gangouo, dans le district de Kibangou (département du Niari), Justin Koumba a fait ses études d’administration, à l’Ena, à Paris. Il est détenteur d’un doctorat d’Etat en économie et finances à la Sorbonne. A partir de 1976, il entre à l’Unesco, à Paris et deviendra, plus tard, représentant de l’Unesco auprès des pays d’Afrique centrale et des Grands Lacs, avec pour siège Kinshasa. Candidat malheureux à la primature de la transition, à la Conférence nationale souveraine, en 1991, il sera nommé ministre de l’éducation nationale, sports, cultures et arts, dans le gouvernement d’André Milongo (1991-1992).
Après la guerre civile de juin-octobre 1997, il participe, dans le quota de la société civile, au forum national qui met en place le C.n.t (Conseil national de transition), le parlement de transition (1998-2002), dont il sera le président.  Fin 2001, il fonde un parti politique, l’A.p.c (Alliance pour le Congo, parti du millénaire) qui s’associe à d’autres formations politiques pour soutenir le président Denis Sassou Nguesso, à l’élection présidentielle de mars 2002.
Il est élu député de Banda, dans le Niari, en 2002. Mais, il ne siègera pas. Il sera nommé, en 2003, président de la Commission nationale des droits de l’homme, poste qu’il va occuper, malgré lui, s’effaçant ainsi de la scène politique nationale où il s’était illustré, par l’organisation de grands meetings de soutien au président Sassou Nguesso. Il démissionne, en 2007, pour présenter sa candidature aux élections législatives, dans la circonscription unique de Banda., où il est réélu à 94,18% des voix. Entre- temps, il dissout son parti, l’A.p.c, pour intégrer le P.c.t. Ancien journaliste et animateur à Radio Congo, vers les années 70, ancien musicien et footballeur amateur, Justin Koumba est marié, père de trois enfants.

Informations supplémentaires