C.s.l.c (Conseil supérieur de la liberté de communication) : Suspension de trois journaux de la presse indépendante

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Par délibération n°009-2013/Cslc-cm du 13 novembre 2013, les membres du C.s.l.c (Conseil supérieur de la liberté de communication) ont suspendu, pour une durée de neuf mois, les journaux «Le Glaive», «La Voix du Peuple» et «Sel-Piment», «pour injure, diffamation publication des articles mensongers et séditieux, propagation de fausses nouvelles et manipulation de l’opinion...

ce conformément aux dispositions des articles 6 de la loi organique n°4-2003 du 18 janvier 2003, déterminant les missions, l’organisation, la composition et le fonctionnement du Conseil supérieur de la liberté de communication et 10 de la décision n°020/Cslc/B/P du 7 septembre 2010 fixant les sanctions des violations des normes légales, réglementaires, éthiques et déontologiques par un organe de presse, d’une part, et du point 3.1 de la charte professionnels de l’information et de la communication, d’autre part».
La suspension des trois journaux est intervenue après l’audition de leurs directeurs de publication. Il est reproché au journal «Le Glaive» d’avoir publié un article intitulé: «Sassou ne contrôle plus rien: un «cancre» à la direction du Port autonome de Pointe-Noire», paru dans sa livraison n°402 du 30 avril 2013.
«La Voix du Peuple», pour ses articles intitulés: «Crise aux frontières congolaises, les F.a.c, une coquille bien vide», «Firmin Ayessa, sous les feux de la rampe: cinq cents étudiants congolais pour apprendre la dictature chez Castro», parus dans le numéro 38 du 30 octobre 2013.
«Sel-Piment», au sujet de son article intitulé: «Voici comment la police nationale tue les Congolais», publié dans la livraison n°43 du 6 au 13 novembre 2013.
«Au terme des débats contradictoires, le collège des membres a délibéré et s’est alors prononcé pour la suspension de publication, pour une durée de neuf mois, des journaux «Le Glaive», «La Voix du Peuple» et «Sel-Piment».
- «Le Glaive», pour récidive, injure, diffamation et atteinte à l’honneur et ou à la considération de la personne;
- «La Voix du Peuple», pour récidive, injure à l’endroit du corps de l’armée, atteinte à la dignité humaine et manipulation de l’opinion;
- «Sel-Piment», pour injure à l’endroit du corps de la police nationale, diffamation, manipulation de l’opinion, publication d’informations mensongères et accusation sans preuve».

Informations supplémentaires