Majorité présidentielle : Jean-Claude Ibovi appelle à la transformation du R.m.p en parti politique

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

C’est un appel lancinant aux forces de la majorité présidentielle que vient de lancer Jean-Claude Ibovi, président du M.d.p (Mouvement pour la démocratie et le progrès), pour transformer le R.m.p (Rassemblement de la majorité présidentielle), en parti politique, comme cela est prévu dans sa déclaration de création. En effet, dans une déclaration rendue publique, jeudi 5 mai 2011, au palais des congrès, à Brazzaville, à l’issue des journées de réflexion organisées par son parti, le député Jean-Claude Ibovi pense que le temps est venu de créer le grand parti rassemblant les forces qui soutiennent le président Denis Sassou Nguesso. Pour lui, il faut en finir avec le double jeu, les agendas cachés et se prononcer, clairement, en faveur de la création du nouveau parti. Cet appel est lancé, au moment où le P.c.t, le principal parti de la majorité, est dans les préparatifs de son congrès d’ouverture. Soutiendra-t-il cet appel? En tout cas, de plus en plus, cette option est partagée. Nous publions, ci-après, l’intégralité de la déclaration du M.d.p.

«Le climat politique national et international du moment, caractérisé par des mutations sociales et politiques, interpelle tous les leaders avertis et clairvoyants à prendre position pour préserver la paix chèrement retrouvée dans notre pays. C’est pourquoi, le Mouvement pour la démocratie et le progrès réaffirme sa vocation de soutenir et d’accompagner le président de la République dans sa noble et ardente tâche de consolidation de la paix et de la cohésion nationale.

Le moment est plus qu’opportun, pour que toutes les forces politiques de la majorité présidentielle signataires de la déclaration de création du R.m.p, le 20 décembre 2007 à l’hôtel Méridien, respectent les orientations cardinales du président de la République, pour en faire un instrument politique unique et entièrement à sa disposition. C’est ensemble et dans le respect mutuel des autres, quelle que soit leur taille, que toutes les forces de la majorité présidentielle doivent permettre au président de la République de relever les défis énoncés dans son message sur l’Etat de la nation le 15 août 2010; notamment lorsqu’il dit: «Il nous faut promouvoir dans notre société la culture du travail bien fait, du goût de l’effort permanent, du respect du bien public; la paix, la sécurité; la stabilité sont acquises, elles ne doivent plus être remises en cause».

Le Mouvement pour la démocratie et le progrès réitère son appel du 16 mai 2010, lors de sa première session ordinaire: «Nous pensons que le Rassemblement de la majorité présidentielle n’était pas un simple instrument de campagne, mais qu’elle est et devrait être un instrument politique d’avant-garde... Tous, nous parlons au nom du président, pour le président, mais chacun dans son univers, avec son schéma, son style, ses ambitions, ses desseins et ses stratégies, parfois même des agendas cachés, qui s’opposent quelque fois, si ce n’est pas souvent.

Afin de nous épargner des déchirements qui ne peuvent qu’atténuer notre dynamisme, affaiblir nos énergies... il est, donc, temps que tous les groupements politiques de la majorité présidentielle fédèrent autour du président de la République en un grand parti...».

Aujourd’hui, le Mouvement pour la démocratie et le progrès insiste à croire que ce serait le point de chute indiqué du rassemblement des partis de la majorité présidentielle. Alors, prenons notre courage, camarades, pour la formation de ce grand parti politique tant attendu et réclamé par tous, sauf si l’on veut d’une chose et de son contraire. En regardant le rétroviseur mondial, l’histoire nous rappelle un fait majeur qui s’appelle «Perestroïka»; c’est un vent qui avait soufflé dans les pays de l’Est et s’en était étendu jusqu’à notre pays le Congo. Heureusement que notre pays avait la chance d’avoir, aux commandes, un président humaniste et visionnaire, en la personne de Son Excellence Denis Sassou Nguesso qui avait su amortir les effets dévastateurs liés aux changements des régimes.

C’est pourquoi, le Mouvement pour la démocratie et le progrès (M.d.p) rassure le peuple congolais qu’avec Denis Sassou-Nguesso, la démocratie, les libertés politiques et sociales sont garanties. Toutefois, le M.d.p attire l’attention des gouvernants et des acteurs politiques sur la nécessité d’être en harmonie avec les aspirations profondes des populations, afin d’éviter le laxisme dans le règlement des problèmes sociaux de base».

Propos recueillis par

Pascal Azad DOKO

Informations supplémentaires