Débat sur la constitution : Pascal Tsaty-Mabiala souhaite que le chef de l’Etat apporte des réponses rassurantes et apaisantes

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Réagissant, le 31 décembre dernier, au message de vœux de nouvel an du chef de l’Etat à la nation, Pascal Tsaty-Mabiala, premier secrétaire de l’U.pa.d.s (Union panafricaine pour la démocratie sociale), a soulevé une question qui ne figure pas dans le message présidentiel. Il s’agit du débat sur la constitution. Pour lui, il est grand temps que le président Denis Sassou Nguesso se prononce sur cette question et «apporte des réponses qui rassurent et qui apaisent». Voici ce qu’a dit le premier secrétaire de l’U.pa.d.s à ce propos.

 

«Il y a un débat en cours sur la Constitution. Un débat qui n’a pas été lancé par l’opposition; au contraire, il l’a été par le P.c.t, le parti au pouvoir. Et toutes les fois que le président a eu l’occasion de nous dire quelle est exactement sa pensée sur 2016, soit qu’il botte en touche, soit qu’il dit que ce n’est pas encore d’actualité, comme il venait de le déclarer tout récemment dans «Paris Macth». Mais à quel moment le dira-t-il? Nous sommes à deux ans de 2016 et le climat va être de plus en plus pesant dans notre pays, parce que le président, sauf à croire qu’il respectera ses engagements, qu’il ne fera pas de parjure, a prêté le serment constitutionnel de respecter la Constitution. Il serait de bon aloi, aujourd’hui, à un moment solennel aussi attendu par le peuple congolais, que le président de la République dise: «Je confirme mon serment, en tant que homme de parole, je ne me présenterai pas en 2016». Ce n’est pas si compliqué de nous le dire. Certains de ses homologues qui se trouvent dans la même situation l’ont déjà dit. Je prends l’exemple du président béninois qui a déjà annoncé qu’il était à son second et dernier mandat.
Où allons-nous? Ça n’a pas l’air de rien, mais au regard du climat politique provoqué par le P.c.t, le président devrait apporter des réponses qui rassurent et apaisent».

Informations supplémentaires