Premier congrès extraordinaire du Club 2002-P.u.r : Elu président du conseil de surveillance, Wilfrid Guy César Nguesso entend concilier responsabilités politiques et mission pastorale

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

«L’avenir en marche pour une République avec Denis Sassou Nguesso», tel est le thème du premier congrès extraordinaire du Club 2002-P.u.r (Parti pour l’unité et la république), tenu du 16 au 17 mai 2014, au palais des congrès, à Brazzaville, sous le patronage du président-fondateur de ce parti, Wilfrid Guy César Nguesso. Au terme des travaux de ce congrès, il a été élu président du conseil de surveillance. Le Club 2002-P.u.r, qui s’est prononcé sur le changement de la constitution, a réaffirmé son ancrage à la majorité présidentielle.

 

Le congrès a mis en place un conseil de surveillance de 9 membres, présidé par Wilfrid Guy César Nguesso, un secrétariat permanent de 29 membres, dirigé par Juste Mondelé, secrétaire général du parti, et une commission nationale de contrôle et d’évaluation de 5 personnes que conduit Lambert Lokegna. Par ailleurs, de nouveaux textes qui vont régir, désormais, l’organisation de la vie du parti ont été adoptés par les 500 congressistes venus de tous les départements du Congo.
Le conseil de surveillance est un organe consultatif créé pour permettre au président du parti de concilier ses responsabilités politiques et sa vie religieuse en tant que pasteur.
A la cérémonie d’ouverture, on notait la présence des représentants de cinq partis de la majorité, notamment le M.c.d.d.i, le R.d.p.s, le R.d.d, le M.s.d et le P.u.l.p. Ce congrès a été motivé par l’annonce publique faite le 30 janvier 2014, à Pointe-Noire, à l’occasion du 12ème anniversaire de ce parti, par Wilfrid Guy César Nguesso, de servir, désormais, le Seigneur et de se retirer de la politique. Cette annonce avait été diversement interprétée dans les différents états-majors politiques. C’est ce qui fait que l’issue du congrès était très attendue par les observateurs de la vie politique nationale. Finalement, il n’y a pas eu chambardement, puisque le président fondateur du Club 2002-P.u.r va continuer à diriger les destinées de son parti.
D’ailleurs, dans son discours d’ouverture, il a justifié son retour. «J’ai été sensible à l’émoi suscité par cette annonce. Je le comprends. J’ai tout autant été touché par toutes les sollicitudes et tous les messages des militants et militantes du parti et au-delà même de notre mouvement politique», a-t-il dit, avant de féliciter les membres du parti qui, «dans les moments d’interrogation et de doute, sont demeurés fermes et dignes. Cela dénote de la maturité politique des cadres, militants et sympathisants du Club 2002-P.u.r, Parti pour l’unité et la République». Puis, il a rappelé le sens du thème du congrès: «L’avenir en marche est cet appel solennel du 30 janvier 2002, qui appelait toutes les filles et tous les fils du Congo, à poursuivre, sans faille et avec efficacité, l’œuvre de pacification, de construction, de modernisation et de développement de notre pays, par un grand homme d’Etat, le président Denis Sassou Nguesso».
Dans son mot de clôture, le président du Club 2002-P.u.r a rappelé l’appel pressant réitéré par les militants et sympathisants du parti, lui demandant de continuer à être leur leader. Il a remercié les organisateurs d’avoir réussi le congrès dans un délai record et les congressistes d’avoir adopté des statuts qui lui permettent d’exercer son ministère pastoral, tout en restant garant du parti. Il a également rappelé que le Club 2002-P.u.r est un parti national, sans distinction d’ethnie ni de département. Enfin, il a appelé tous les cadres, militants et sympathisants de son parti à faire bloc derrière le président de la République, Denis Sassou Nguesso, pour un changement de république. Ce congrès avait un grand enjeu politique. Les délégués départementaux, qui se sont succédé à la tribune pour délivrer leurs messages, ont tous, presque dit la même chose: soutenir les actions du président Sassou-Nguesso et changer la constitution.

Pascal-Azad DOKO

Informations supplémentaires