Deuxième circonscription électorale de Talangaï (Brazzaville) : Jean-Claude Ibovi toujours préoccupé par la formation des jeunes

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Jean-Claude Ibovi, député élu dans la deuxième circonscription de Talangaï, le 6ème arrondissement de Brazzaville et président du M.d.p (Mouvement pour la démocratie et le progrès), parti membre de la majorité présidentielle, a effectué, samedi 14 juin 2014, une descente parlementaire dans le quartier 65 «Joseph Ngobali». Lors d’une rencontre avec ses mandants à la paroisse évangélique de Talangaï, dans la rue Lampama, il a fait le compte-rendu de la 5ème session ordinaire administrative de l’assemblée nationale.

En présence des membres de son cabinet parlementaire, des chefs de quartiers de sa circonscription, des représentants des partis toutes obédiences confondues et des représentants des confessions religieuses. A cette occasion, il est revenu sur la formation des jeunes, qui demeure sa préoccupation centrale.

Le député Jean-Claude Ibovi a, tout d’abord, remercié la population, pour avoir répondu, massivement, à son appel. Il lui a témoigné, une fois de plus, sa reconnaissance pour l’honneur qu’elle lui a fait d’être son représentant à l’assemblée nationale. Il a, ensuite, livré la moisson de la session ordinaire administrative de l’assemblée nationale, qui comportait, au total, 38 affaires, dont 16 ont été examinées et adoptées.
Après ce long compte-rendu, le chef du quartier 65 Joseph Ngobali, répondant au nom de Jean-Pierre Ngassaki, a exprimé les doléances de la population de son quartier. Il a évoqué la situation du 6ème arrondissement dont la mairie n’est toujours pas dotée d’un siège définitif, le manque d’une école publique, d’un centre de santé intégré, d’un marché public et de l’éclairage public dans son quartier; l’abandon des travaux de l’avenue Jean-Dominique Okemba; l’indemnisation ou la réparation des maisons endommagées par le drame du 4 mars 2012, etc. Les questions récurrentes de manque d’eau potable courante et de délestage de l’électricité dans ce quartier figurent en bonne place dans le tableau des doléances.
Jean-Pierre Ngassaki a soulevé aussi la question du chômage des jeunes. Il a relevé la mauvaise utilisation des chefs de zones et de blocs qui travaillent sans qu’ils ne soient protégés et le mauvais intéressement qui ne leur est versé qu’une fois l’an.
Répondant à certaines de ces préoccupations, le député Jean-Claude Ibovi, avec le franc-parler qui le caractérise, n’a pas mâché ses mots. Parlant, par exemple, de l’insertion des jeunes, il a indiqué qu’en cinq ans, il a réussi à former mille jeunes de sa circonscription dans divers métiers. «J’ai même placé huit jeunes à la présidence de la République, qui ne sont, d’ailleurs, pas mes parents», a-t-il dit. Il a estimé que la plupart de ses collègues qui voulaient promouvoir, comme lui, la formation des jeunes en coupe et couture, n’y sont pas arrivés. Par contre, lui continue de soutenir la formation des jeunes. «Tout ce que je fais en faveur des jeunes vient de mes émoluments, alors que les autres puisent ailleurs. Je suis préoccupé par la formation des jeunes, tous mes émoluments passent par ces sacrifices», a-t-il précisé.
S’agissant de l’opération de police «Mbata ya bakolo», le député Ibovi a relevé que c’est une opération menée pour sécuriser la population. Elle mérite, donc, d’être soutenue. En ce qui concerne son point de vue sur le changement ou non de la Constitution, le député de la deuxième circonscription de Talangaï a fait savoir que depuis longtemps, il a toujours dit que le régime présidentiel n’est pas bon. Mais, il réserve la primauté à son parti, le M.d.p, qui, le moment jugé opportun, donnera son point de vue sur cette question.

Pascal Azad DOKO

Informations supplémentaires