Majorité présidentielle : Le M.c.d.d.i réclame au P.c.t ce qu’il lui avait promis dans le cadre de leur alliance

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Le secrétaire général du M.c.d.d.i (Mouvement congolais pour la démocratie et le développement Intégral), Guy-Brice Parfait Kolelas, qui est également ministre de la fonction publique et de la réforme de l’Etat, a bouclé, dimanche 22 juin 2014, au siège de la mairie de Ouénzé, à Brazzaville, la série de descentes qu’il a effectuées dix jours durant dans les neufs comités d’arrondissements de son parti, au cours desquelles il a eu des rencontres citoyennes avec ses militants.

Ces descentes étaient organisées de telle sorte que les militants expriment leurs préoccupations au secrétaire général et avoir de lui des éclaircissements et des orientations sur la vie du parti. Parmi les points soulevés: l’évaluation de l’alliance avec le P.c.t; le recensement administratif spécial; le débat constitutionnel; l’organisation des élections locales; la Codesa.

Guy-Brice Parfait Kolélas est monté au créneau, au sein de son parti, pour «plumer» son allié, le P.c.t. Difficile, pour l’instant, de dire ce que vise cette démarche qui dévoile que rien ne va plus entre les deux partis de la majorité présidentielle. Dans ses descentes, le secrétaire général du M.c.d.d.i n’a pas eu de retenue dans la façon de parler, publiquement, de son allié, en s’exprimant en français, lingala, kituba et en lari.
A propos de l’évaluation de l’accord avec le P.c.t, il a, carrément, qualifié cette alliance de dupe, parce que son allié, le P.c.t, n’a pas tenu ses promesses. «Le M.c.d.d.i n’est pas le seul à subir leur fourberie, tous les alliés disent qu’il ne respecte rien. Comme disait mon père: quand vous signez avec eux, jusqu’à la dernière seconde, il faut toujours veiller. Il nous avait promis des postes d’ambassadeurs, de préfets… Jusqu’ici, aucune promesse n’a été tenue. Nous sommes devenus comme des mendiants. Mais, nous revendiquons ce que le P.c.t nous avait promis», a-t-il déclaré.
Mais, comme cette alliance n’a pas été signée par lui, il ne peut pas non plus la désavouer. Autrement, si c’est lui-même qui l’avait signée, il l’aurait déjà déchirée et jetée à la poubelle.
Sur le recensement administratif spécial, il pense que celui-ci ne s’est pas bien passé dans certaines localités. Mais, il a reconnu que les délégués de son parti dans les commissions techniques ont bel et bien validé les résultats de ce recensement.
S’agissant du débat constitutionnel, il a relevé que ce n’est pas un problème prioritaire. «Le véritable débat, c’est la crédibilité et la transparence des élections au Congo. Changement ou pas de Constitution, c’est le peuple qui va décider», a-t-il relevé.
En ce qui concerne les élections locales, le secrétaire général du M.c.d.d.i a rappelé que son parti n’ira pas aux élections locales avec une liste commune avec le P.c.t. «Le M.c.d.d.i gagnera seul ou perdra seul», a-t-il dit. Il a, cependant, dénoncé la tricherie, en exigeant l’institution du bulletin unique, suivant les recommandations de la concertation politique nationale de Dolisie. Pour lui, il faut vite mettre en pratique le bulletin unique, pour mettre un terme à la fraude par l’achat des bulletins des concurrents.
Le M.c.d.d.i aura-t-il un candidat à l’élection présidentielle de 2016? A cette question, le ministre Kolélas a répondu qu’on ne crée pas un parti politique pour accompagner les autres. Un parti doit avoir de l’ambition. Il n’est pas exclu qu’un parti de la majorité présente un candidat. Admettons que le M.c.d.d.i ait un candidat, tout comme le R.d.d et autres, dans ces conditions, il faut organiser des primaires au niveau de la majorité, pour choisir un candidat. A propos de la Codesa, il a fait savoir que le M.c.d.d.i a déjà signé avec un parti dont il n’a pas révélé le nom, pour des raisons de stratégie.
En tout cas, au regard de ces dénonciations, on peut se poser la question de savoir où veut-il en venir. Une bonne partie de l’opinion est inquiète, car cela prend l’allure de règlements de comptes. Les propos du leader du M.c.d.d.i sont largement diffusés sur Internet, à la grande joie des opposants au régime en place. Les jours ou mois à venir pourront sans doute éclairer la lanterne de l’opinion sur la position du M.c.d.d.i face à son allié, même si Guy-Brice Parfait Kolélas a précisé qu’il ne quittera pas l’alliance.

Pascal Azad DOKO

Informations supplémentaires