Point de vue

Pour l’avoir estropiée, l’Occident doit bien quelque chose à l’Afrique

Note utilisateur:  / 0

Pris d’un souci devant sa misère, lorsqu’on est Africain noir, on se plait à penser, et non à tort, que, sans la cruauté des Blancs et des Arabes, l’Afrique noire n’en serait probablement pas là. Et de se rappeler le mot de Pascal: «Le nez de Cléopâtre, s’il eut été plus cours, la face du monde en eut été changée».

Lire la suite...

«L’Afrique et la Cour pénale internationale : aux sources du malaise»

Note utilisateur:  / 0

Née, sans doute, des cendres du Tribunal de Nuremberg et des Tribunaux pénaux internationaux des Nations unies, la Cour pénale internationale reste, à ce jour, la première juridiction pénale internationale créée par le traité dit de Rome adopté en 1998.

Lire la suite...

Pour un sursaut patriotique devant permettre la tenue d’élections législatives, locales et sénatoriales transparentes

Note utilisateur:  / 0

Depuis l’injonction mitterrandienne de La Baule, en 1990, inscrite dans un grand mouvement de forte remise en question de l’ordre ancien, porté en 1989 par la perestroïka, l’Afrique par ailleurs confrontée à des revendications intra-muros, avait cahin-caha amorcé sa marche vers la Terre promise: la démocratie. Cependant, force est de constater que selon les régions, ce processus ne se réalise pas avec les mêmes succès.

Lire la suite...

A travers son interview à France 24, Denis Sassou-Nguesso a-t-il convaincu?

Note utilisateur:  / 0

Depuis l’entrée dans la nouvelle République, il y a un an, le Président Denis Sassou-Nguesso s’est livré, la semaine dernière, à la plus importante opération de communication, en termes de contenu abordé, avec Marc Perelman de France 24 (Voir notre précédente édition). Le journaliste français a eu la liberté de poser au Chef de l’Etat, en sa résidence privée d’Oyo, des questions qu’aucun confrère de la presse publique congolaise n’aurait imaginé soulever devant lui.

Lire la suite...

L’Eglise et l’Etat : ce Royaume qui n’est pas de ce monde

Note utilisateur:  / 0

La réflexion chrétienne sur les rapports entre l’Eglise et l’Etat ou, en d’autres termes, entre la société politique et la communauté chrétienne ou encore entre le «corps politique», gouverné par un Etat, et le «corps mystique» dont Jésus-Christ est la tête remonte à la plus haute antiquité. Deux mille ans d’histoire biblique (quand les prophètes d’Israël apportaient aux rois de Juda et de Samarie la parole de Yahvé); plus deux mille ans d’histoire de l’Eglise (quand des Papes excommuniaient des empereurs et que des rois faisaient les Papes) ont été les théâtres, d’une part, de l’affirmation des principes qui devraient régir ces rapports et, d’autre part, de l’application de ces principes à des climats historiques fort différents.

Lire la suite...

Informations supplémentaires