E.A.D (Ecole Africaine de Développement) : Dix ans de formation professionnelle déjà!

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Créée en novembre 2001, l’E.A.D (Ecole Africaine de Développement) a fêté ses dix printemps, en ce mois de novembre 2011. En une décennie à peine, elle s’est vraiment installée dans le paysage de l’enseignement supérieur congolais, comme une institution mature. A sa création, cet établissement d’enseignement supérieur ne comptait que 300 Etudiants, pour une cinquantaine d’enseignants intervenant dans les options suivantes:

- Electronique et Maintenance informatique;
- Informatique de gestion, Comptabilité et Gestion financière;
- Secrétariat Attaché de Direction;
- et Technicien de transit et marketing.
Avec cette palette pluridisciplinaire, l’E.A.D tenait à accompagner des jeunes bacheliers, en mettant à leur disposition des formations professionnelles qualifiantes à moindres coûts. Pari tenu, à ce jour, avec la même conviction de qualité, de formation et de développement au profit des Apprenants, malgré l’évolution des coûts d’exploitation. Une façon de répondre aux exigences des Congolais qui pensent que les enseignements de qualité ne sont possibles qu’en Occident, et de relever le défi: «formation de qualité-faible coût».
En octobre, tel un petit bonhomme suivant son chemin, l’E.A.D lance le cycle moyen BT visant à former des Techniciens de niveau moyen, susceptibles d’exercer des petits métiers. D’une durée de 2 à 3 ans, selon le diplôme préparé, la formation à ce niveau est sanctionnée soit par un Certificat d’Aptitude Professionnelle, soit par un Brevet de Technicien. Quatre ans plus tard, en 2006, est créé le cycle post BTS, pour donner aux finissants du cycle BTS la possibilité d’aller plus loin dans leurs études. Avec au finish, la licence professionnelle, le diplôme d’ingénieur des travaux et le master, comme diplômes.
En une décennie d’efforts, plusieurs générations d’Etudiants, dont les effectifs n’ont cessé de croître, y ont été formées. Exemple, pour l’année académique 2010-2011, on a dénombré 261 apprenants pour 50 Professeurs en cycle moyen ou cycle BT; 1300 Etudiants et 120 Enseignants, pour le cycle BTS normal, réservé à la formation des Elèves sortant des Lycées; 300 Etudiants pour 30 Enseignants, pour le cycle post BTS, et 300 Etudiants en cycle BTS Travailleurs, niveau assurant la formation continue des personnes issues du monde du travail.
Tous ces cycles confondus donnent un total de 2.161 Etudiants et un corps professoral de 220 Enseignants, composés des Universitaires et des Professionnels exerçant dans les entreprises de la place. Un mix de profils qui garantit une formation qualifiante, répondant aux besoins du marché de travail local si exigeant et si contraignant de nos jours, et mettant en confiance les apprenants.
Pour Alain Isaac Makita Moungalla, Directeur général de l’E.A.D, «l’E.A.D compte parmi les fleurons de notre pays dans la sphère de l’éducation. Cela est si vrai que la reconnaissance de l’E.A.D par la commission inaugurale d’agrément tenue en 2010 en a été la preuve éloquente. Cette année, l’E.A.D vient de recevoir le renouvellement de cet agrément à l’issue de la première session ordinaire de la commission d’agrément du secteur de l’enseignement supérieur qui s’est tenue du 25 au 27 juillet 2011, à Brazzaville. Il y a eu, également, la reconnaissance des diplômes délivrés. En ce qui concerne les recommandations faites à tous les établissements et celles qui nous sont spécifiques, nous vous promettons d’en tirer le maximum de profit.
Depuis un certain temps, l’E.A.D essaie tant soit peu de vouloir se lancer au défi des pays de la C.e.m.a.c, relatif au Lmd, lequel exige de mettre l’étudiant au centre de la connaissance.
C’est dans ce contexte qu’il a été décidé la mise en œuvre progressive du Lmd à l’E.A.D qui a démarré cette année 2011-2012 par: la semestrialisation des enseignements, le respect des volumes horaires, la révision des programmes, l’amélioration de la gouvernance aussi bien administrative qu’académique. Nous savons certes que la liste est longue et qu’il reste beaucoup à faire. Aussi osons-nous croire que les services de la Direction générale de l’enseignement supérieur seront disponibles, pour nous accompagner dans le reste du parcours».
Ouvrant les jours journées portes ouvertes organisées à cette occasion, René Tong, Directeur de cabinet du Ministre de l’enseignement supérieur, a déclaré: «…Il n’est pas facile de pouvoir persévérer dans la sphère de l’éducation, en formant au fil des années des promotions d’étudiants. Notre plaisir est aussi immense d’avoir constaté que l’enseignement supérieur privé regorge 50% des effectifs de notre université Marien Ngouabi. Cela constitue, de nos jours, comme un véritable sursaut national, dans la mesure où des écoles privées d’enseignement supérieur permettant, non seulement de désengorger notre université publique, devenue trop pléthorique, mais aussi de former des jeunes qui sont utiles et aptes sur le marché de l’emploi».
Dix ans d’efforts ce n’est pas seulement que le nombre croissant des enseignés et des enseignants. C’est aussi l’ouverture d’une Auto-école, d’une école de formation professionnelle dans la ville océane du pays, Pointe-Noire, et la réalisation, en cours, d’un immeuble R+3 (Rez-de-chaussée et trois étages) au n°80 de la Rue Massoukou, à Moungali, propriété de l’E.A.D, dont les travaux débutés en 2009 prendront, probablement, fin en 2012.
Cet anniversaire décennal, durée non négligeable pour une institution, a donné lieu à plusieurs activités parmi lesquelles: les journées portes ouvertes avec la tenue des stands animés par les étudiants, les conférences-débats, une messe d’action de grâce en la cathédrale Sacré Cœur, l’organisation d’un séminaire d’initiation à l’Internet et les réseaux sociaux, un match de football entre l’E.A.D et la CNRTV, un match de Ezango entre l’E.A.D et la DRTV, et, cerise sur le gâteau, un dîner buffet à l’Hôtel Olympic Palace. Normal. Dix printemps d’efforts inlassables, couronnés d’avancées significatives, ça se fête.

Longue vie à l’E.A.D, pour plus de succès!