28èmes soutenances à la Faculté des sciences de la santé : La Felbo a fait don de bourses d’études et d’ordinateurs portatifs aux étudiants

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

La cérémonie de proclamation et de remise des diplômes des 28èmes soutenances des thèses de doctorat en médecine et des mémoires en sciences de la santé s’est déroulée, vendredi 25 novembre 2011, au palais des congrès, à Brazzaville, sous le patronage du ministre de l’enseignement supérieur, Ange-Antoine Abéna, avec le partenariat de la Fondation Génération @venir. Georges Moyen, ministre de la santé et de la population, Henri Joseph Parra, conseiller spécial à la santé du chef de l’Etat, Armand Moyikoua,  recteur de l’Université Marien Ngouabi, et Mme Julienne Johnson, représentant la Felbo (Fondation Edith Lucie Bongo Ondimba), marraine de la promotion 2011, ont rehaussé de leur présence l’éclat de cette cérémonie.

Ils étaient au total 65 étudiants à avoir soutenu leurs thèses de doctorat en médecine et leurs mémoires en licence de sciences de la santé. La salle des congrès du palais des congrès était archicomble. Outre les membres du jury national, on a noté la présence remarquable de plus d’une vingtaine de membres du jury international, venus notamment de la France, de l’Allemagne, de la Côte d’Ivoire, du  Gabon, du Burkina Faso, de la République Démocratique du Congo, du Sénégal, du Bénin et de l’O.m.s-Afro.
La présence de ces éminentes personnalités des sciences de la santé a donné une dimension particulière à l’événement. Pour les étudiants promus, ayant obtenu leur doctorat en médecine, une étape vient d’être franchie. Il reste, cependant, celle de la spécialisation.
La proclamation des résultats par filière de formation, la remise des diplômes et la remise des cadeaux ont constitué les temps forts de cette cérémonie. Le professeur Hervé Fortuné Mayanda, le président général des jurys, qui a fait la synthèse des travaux de délibération, a apprécié le travail remarquable réalisé par ces derniers.
Grâce au parrainage de la Fondation Génération @venir, la cérémonie a consacré un grand hommage à une ancienne étudiante de la Faculté des sciences de la santé. Ainsi, le doyen de la Faculté des sciences de la santé, Jean Rosaire Ibara a loué les qualités d’Edith Lucie Bongo Ondimba, avant de présenter l’état de l’établissement qu’il dirige. «Edith Lucie Bongo Ondimba, qui avait tant d’idées pour notre faculté, aurait eu 47 ans aujourd’hui, et avait été prématurément arraché à notre affection. Incomparable mentor pour ses collaborateurs, elle était douée d’un pouvoir d’attraction unique. Sa séduction trouve son origine, en outre, dans une immense culture médicale et générale, un profond respect pour l’opinion de ses collègues et collaborateurs, une tolérance sans borne pour les personnes. Major de sa promotion, c’est-à-dire, première des évaluations des premières sessions et des examens cliniques, Edith Lucie Bongo Ondimba a été, pour nous, une femme éminente qui voulait donner aussi généreusement que le dictait son noble cœur», a-t-il dit.
A son tour, Mme Julienne Johnson a présenté la Felbo, une fondation créée le 4 mars 2010, pour perpétuer l’œuvre d’Edith Lucie Bongo Ondimba, particulièrement la protection de l’enfance. Pour encourager les impétrants dans leurs études, la Felbo a ainsi offert des bourses d’études au major de la section médecine et à la meilleure thèse, une somme d’un million de francs Cfa, au meilleur étudiant de chaque filière (médecine, santé publique, laboratoire et sciences infirmières). Cependant, tous les étudiants ayant soutenu ont, chacun, reçu un ordinateur portatif et une tablette «I Pad».
«Le sens de cette bourse d’étude que la fondation décerne au major et à la meilleure thèse de la promotion 2011, est la traduction de l’amour qu’Edith Lucie Bongo Ondimba portait toujours à son prochain. Nous sommes d’autant plus honorés d’attribuer ces bourses, parce que Edith Lucie Bongo Ondimba a été, elle-même, major de sa promotion et a obtenu la meilleure thèse», a-t-elle rappelé.
«En ce qui concerne la bourse d’excellence Edith Lucie Bongo Ondimba, nous lui donnons une dimension particulière. Car, c’est une contribution au rayonnement de  l’élitisme congolais; un chant à la célébration de l’étudiant; un itinéraire à la création d’une élite. Ainsi la fondation s’engage à verser mensuellement cette bourse dont le  montant sera déterminé par elle, en tenant compte du coût de la vie dans le pays  d’accueil. Toutes les autres charges de l’étudiant boursier, durant sa formation (nutrition, déplacement, logement, maladie, etc,) seront aussi prises en charge par la fondation», a-t-elle indiqué. Mais, le nom de l’étudiant ayant reçu cette bourse n’a pas été révélé.
Dans son mot de clôture, le ministre de l’enseignement supérieur a, tout d’abord, remercié les membres des jurys, la Fondation génération @venir et la Felbo, pour leur contribution. Puis, il a prodigué des conseils aux nouveaux médecins. «Vos vies appartiennent, désormais, à la médecine, pour la santé des Congolais et de l’humanité», a-t-il dit.

Pascal-Azad DOKO


Informations supplémentaires