D.g.d.d (Direction générale des douanes et droits indirects) : Des douaniers formés au classement tarifaire des marchandises

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Le centre régional de formation de l’O.m.d (Organisation mondiale des Douanes), situé à l’Enam (Ecole nationale de l’administration et de la magistrature), à Brazzaville, a abrité, du 11 au 15 juin 2012, un séminaire sur le classement tarifaire. Les cérémonies d’ouverture et de clôture se sont déroulées sous les auspices de Mme Célestine Essende Okondzo, directrice des affaires administratives et financières des douanes, représentant le directeur général des douanes et des droits indirects, en présence de Christophe Guyant, directeur général de la Cotecna, et du formateur, André Pla, expert douanier international. L’objectif de ce séminaire était de permettre aux participants, qui étaient au nombre de 30, de se familiariser avec les termes techniques liés au classement tarifaire et de s’imprégner des diverses règles et réglementations techniques qui régissent ce secteur.

Dans son mot de circonstance, à l’ouverture du séminaire, Christophe Guyant a expliqué l’importance de cette formation. «Cotecna qui, entre autres, atteste des positions tarifaires des marchandises importées sur ses certificats, a donc la volonté de continuer son programme de transfert de savoir-faire auprès de l’administration douanière. Cette formation nous permettra de mettre en pratique, au travers de nombreux exercices, toutes les notions techniques liées au classement tarifaire. Il s’agit de voir comment différencier et placer chaque produit entrant au Congo, pour être le plus exact possible. Ce séminaire est donc un premier volet d’un plan annuel 2012 de formation qui s’articulera en trois phases, avec ce premier séminaire sur le classement tarifaire», a-t-il déclaré.
Ouvrant les travaux, Mme Célestine Essende-Okondzo a dégagé l’enjeu de la formation assurée aux douaniers congolais. «Ce séminaire revêt une importance capitale pour l’avenir de notre administration, en raison du défi qu’elle relève dans le partenariat douane-entreprise, celui de la modernisation en vue de s’arrimer aux standards internationaux. En effet, dans un environnement mondial devenu très conventionnel, les échanges et les investissements internationaux se dirigent dans les pays qui offrent des administrations de plus en plus sécurisées. Dans le même cas, ils s’éloignent des pays considérés par les entreprises comme bureau-cratiques, synonymes de coûts élevés. Les procédures et régimes douaniers ne devraient pas être perçus comme des obstacles aux échanges internationaux et à la croissance mondiale», a-t-elle souligné.
La directrice des affaires administratives et financières des douanes a, par ailleurs, indiqué que les défis de la douane du XXIème siècle ne pourront être relevés sans l’appui d’un partenaire comme la société Cotecna, car la douane est appelée à être performante, pour être à la hauteur de sa mission. «Parmi les nouveaux principes régissant la convention de Kyoto révisée, on peut citer, principalement, l’engagement de la douane: à appliquer les techniques de gestion de risque; à simplifier et harmoniser davantage les pratiques douanières; à utiliser les renseignements disponibles avant l’arrivée des marchan-dises; également à prévoir des interventions coordonnées avec d’autres structures compétentes et à utiliser, au maximum, les systèmes informatisés pour rendre facilement accessibles les renseignements concernant la législation douanière», a-t-elle dit.
Les travaux du séminaire se sont bien déroulés et ont comblé les attentes des participants qui sont maintenant attendus sur le terrain de la pratique. Mme Célestine Essende Okondzo n’a pas manqué de le relever, dans son mot de clôture du séminaire, en ces termes, avant de remercier les uns et les autres: «Cinq jours durant, certains cadres et agents douaniers de la partie septentrionale et de Brazzaville ont bénéficié d’une formation sur la classification tarifaire des marchandises. La perpétuation de cette culture d’apprentissage vise à armer les douaniers d’outils nécessaires à la maîtrise du tarif. J’ose espérer que chacun des apprenants a su tirer un grand profit de cette formation. Ainsi, avant de terminer, je voudrais réitérer mes remerciements, tout d’abord, à Monsieur le ministre des finances, du budget et du portefeuille public qui ne ménage aucun effort pour l’exécution effective de notre plan de formation. Je remercie, également, le directeur de Cotecna-Congo pour le respect des clauses contractuelles en matière de formation de douaniers».
Au nom de ses collègues douaniers ayant suivi la formation, Jean-Roger Moboma, inspecteur des douanes, a remercié la direction générale de la douane congolaise et la société Cotecna-Congo pour la qualité de la formation reçue. «Ce séminaire nous a permis de comprendre l’intérêt majeur de la mise en application d’une nomenclature uniforme internationale des marchandises et de faire le point de nos connaissances sur les structures de la nomenclature du système harmonisé, savoir utiliser les règles et les notes légales afférentes à l’utilisation du système harmonisé», a-t-il dit, tout en souhaitant l’organisation de ce type de formation au profit des douaniers, pour accroître leurs performances.
Signalons que Cotecna est une société spécialisée dans l’inspection et le contrôle avant embarquement des marchandises importées, créée en Suisse, en 1974, par Elie Georges Massey. Elle contrôle, également, les documents des transactions et fournit aux douanes un rapport sur la valeur ajoutée. Au Congo, elle s’occupe des importations, depuis 2006 et elle développe des programmes de formation au profit des douaniers congolais, en partenariat avec le gouvernement, à travers la direction générale de la douane et droits indirects.

Informations supplémentaires