Projet d’appui à la participation de Caco Redd : Les membres du groupe Caco Redd formés pour faire le suivi des sauvegardes Redd

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Dans le cadre du projet d’appui à la participation de Caco Redd+ au processus Redd+, appuyé par Efi (European Forest Institute), une formation sur les sauvegardes environnementales et sociales a été organisée, du 6 au 8 novembre 2014, au siège du Sil, à Brazzaville. A l’intention des membres du groupe de travail sauvegardes de Caco Redd.

 

Objectif général de cette formation : promouvoir la participation effective de la société civile, des communautés locales et des populations autochtones dans le processus Redd+, en République du Congo, à travers un appui technique et stratégique au Caco Redd+ sur les questions de sauvegardes, le partage de bénéfices et les activités Iec.
Les participants ont eu au menu de cette formation, la question liée à la compréhension des différents aspects des mécanismes de sauvegardes, dans le cadre de l’exploitation des ressources naturelles, ainsi que dans le cadre plus spécifique de la Redd+; la définition des sauvegardes sociales et environnementales, principes, critères et indicateurs. Il s’est agi, entre autres, des généralités sur le changement climatique et la Redd+; de la configuration des sauvegardes dans les négociations internationales, des liens entre la forêt et les changements climatiques, des généralités sur les sauvegardes Redd+; de l’analyse et de la maîtrise des standards existants Ccba, Vcs, et de la vision et la stratégie nationale Redd au Congo; du système d’information des sauvegardes, pour le suivi-évaluation/reporting.
Ces thématiques ont permis au groupe de travail de participer, de manière efficace, aux échanges sur les sauvegardes environ-nementales et sociales, dans le processus national Redd+ en République du Congo.
La formation a porté, également, sur les méthodologies de collecte des données et de consultation des communautés locales et populations autochtones, pour les prochaines missions de consultation, sur le terrain, des membres du groupe de travail.
Pour Guy Mousselé Diseké, membre du Renapac, «les questions de sauvegarde sont des questions cruciales pour la communication. En tant que membre du Renapac, cet atelier a été capital pour nous, parce que dans nos missions de défense des droits des communautés, d’accompagner les communautés dans le processus d’amélioration de leurs conditions, nous avons été outillés; nous avons acquis les standards, les moyens de suivre et d’évaluer les sauvegardes environnementales. Le pays a été choisi parmi les pays Redd et nous sommes dans la phase de finalisation de notre stratégie nationale qui sera bientôt validée. Donc, ces sauvegardes nous permettront de suivre les engagements contenus dans notre stratégie. Les prochaines étapes, nous allons expérimenter la récolte des données de terrain, pour la pratique de notre formation. Aussi je remercie les organisateurs et l’Union européenne qui rendu possible cet atelier.»
Dieudonné Mpassi, membre du Ceproder (Centre d’encadrement, de promotion agroalimentaire et de développement rural),  «la formation s’est bien déroulée sauf que j’ai une inquiétude sur la capitalisation des connaissances reçues parce que l’expérience démontre qu’avec les différentes formations déjà reçues au sein de la plateforme du développement durable, nous émettons beaucoup de recommandations qui ne sont toujours pas prises en compte; ce qui constitue un goulot dans la pérennisation des connaissances puisqu’elles ne sont pas appliquées. Que les partenaires mettent à notre disposition des moyens, pour mieux sauvegarder les écosystèmes»
Pour Maixent Agnimba Emeka, coordonnateur de Caco Redd et facilitateur durant la formation, «on a fait un atelier avec un groupe de sauvegarde de Caco Redd. Dans le cadre des changements climatiques, beaucoup de mesures vont être prises lesquelles peuvent avoir des impacts négatifs sur les communautés et l’environnement. Les sauvegardes sont des mesures permettant d’éviter ou d’atténuer ces risques. L’atelier organisé visait à renforcer les capacités des membres pour qu’ils soient mieux outillés à faire le suivi des sauvegardes Redd+. Le Redd+ étant une politique de lutte contre les changements climatiques à travers la protection des forêts et le reboisement.»
Rappelons que la Coordination nationale Redd a tenu des ateliers de consultations des parties prenantes sur les sauvegardes environnementales et sociales en août 2014 dans les départements. Les membres de Caco Redd y ont pris part. Et, le groupe de travail sauvegardes de Caco Redd a identifié, par ailleurs, des besoins en renforcement des capacités. C’est pour répondre à ces préoccupations qu’Efi appuie Caco Redd, dans le processus Redd+. Cet appui ayant spécifiquement, entre autres, objectifs de renforcer les capacités des membres du groupe de travail sur les mécanismes d’élaboration et de surveillance des sauvegardes, de collecter des données socio-environnementales dans les départements de la Lékoumou, Likouala et Sangha afin d’enrichir la réflexion sur les sauvegardes prioritaires à développer et suivre.

Viclaire MALONGA 

Informations supplémentaires