Processus de paix dans le département du Pool : Des plateformes de dialogue intra-communautaire pour tourner le dos aux violences

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Le retour définitif de la paix dans le Pool demeure un objectif partagé. Les initiatives se multiplient parmi lesquelles la mise en place des plateformes de dialogue communautaire et les comités de paix dont le lancement officiel a eu lieu à Kinkala sous les auspices du haut-commissaire à la réinsertion des ex-combattants, Euloge Landry Kolelas.

 

C’était en présence de Mme Emma Ngouan-Anoh, coordonnatrice adjointe du système des Nations Unies au Congo et de nombreuses autorités politico-administratives. Ces plateformes de dialogue, étape capitale dans la consolidation de la paix et seule voie d’issue à tout conflit, seront mis en place dans la préfecture du Pool et ses sous-préfectures, par l’Association pour l’appui aux initiatives de santé communautaire et pour le marketing social au Congo (A.A.I.S.C./AMSCO), en partenariat avec le PNUD, afin de détendre l’atmosphère sociale.
Ce sont 13 sous-préfectures et deux communes urbaines du Pool qui sont concernées. Les plateformes constituent un bon déclic où objectivement les fils et filles de ce département devront échanger et se parler. Un dialogue communautaire pour aplanir les divergences, réorienter leurs actions et avancer.
Les plateformes, a indiqué le haut-commissaire, ont pour vocation d’œuvrer en faveur de la restauration d’un environnement de dialogue à travers la promotion des Droits humains, de la cohésion sociale et de la paix au sein de la communauté. Euloge Kolelas estime que la démarche adoptée évitera l’éternel recommencement. «Par rapport aux expériences passées, il y a eu près de huit expériences, de 2000 à 2015, nous avons donc capitalisé ces expériences, revu les faiblesses et les acquis et produit un programme assez conséquent. Nous nous sommes dit qu’il faut que les gens se parlent», a-t-il insisté.
S’exprimant au nom du coordonnateur-résident du système des Nations Unies, Emma Ngouan-Anoh a précisé que le développement requiert la paix. «Le dialogue, qu’on y croit ou pas, reste un des chemins pour y parvenir. Ces discussions entre fils et filles du Pool vont demander un sens élevé de dépassement de soi, d’acceptation de l’autre pour qu’elles soient fructueuses», a-t-elle affirmé en rappelant l’importance du ‘’Mbongui’’ dans les traditions africaines.
Réitérant l’engagement des Nations Unies à soutenir le Congo, dans le processus de paix au Pool, Mme Emma Ngouan-Anoh a exhorté tous les acteurs au pardon mutuel pour les actes répréhensibles commis. Elle reste par ailleurs convaincue que les participants vont agir en toute responsabilité, dans un esprit constructif, pour qu’ensemble soit relevé le défi de la réconciliation.   

La plateforme de dialogue de la commune de Kinkala ouverte, reste sa mise en place effective
Après le lancement officiel, la plateforme de la commune de Kinkala a été administrativement ouverte le 19 décembre, en présence du directeur de cabinet du haut-commissaire à la réinsertion, du maire de Kinkala, du député de la ville de Kinkala, du représentant des ex-combattants et du délégué du représentant du PNUD. Elle n’a pu être effective au motif qu’il n’y a pas eu de véritables échanges entre le pasteur Ntumi et le Gouvernement, a indiqué le directeur de cabinet du haut-commissaire à la réinsertion, qui, par ailleurs, a précisé que Ntumi a demandé 10 jours pour la mise en place effective des plateformes et l’implication de toutes les parties prenantes, dans la préfecture et les sous-préfectures du Pool.
Le délégué du représentant du PNUD a pris acte de l’ouverture administrative de la plateforme de la commune de Kinkala ainsi que des 10 jours demandés par Ntumi pour une effectivité des plateformes dans le but de faire aboutir le dialogue.
A noter que les plateformes de dialogue communautaire sont des mécanismes d’échanges et de discussions entre les ex combattants, les populations et les organisations de la société civile, pour envisager leur vivre ensemble, après la tourmente guerrière. Les échanges, qui en découleront, aboutiront à un comité de dialogue qui veillera à l’application de toutes les résolutions pour le bonheur de tous.
Plus d’un habitant dans le département du Pool souhaite que la paix tant recherchée et la cohésion sociale ne soient pas une utopie. A en croire certains, la vie au Pool reprend progressivement son court normal; l’environnement sécuritaire et la libre circulation des personnes et des biens sont désormais garantis. A cela s’ajoute l’ouverture du trafic ferroviaire.
La paix durable dans le Pool représente pour le Congo et la communauté internationale un véritable enjeu de développement et le dialogue intra-communautaire en sera le vecteur.

Viclaire MALONGA
et Esperancia MBOSSA-OKANDZE

Informations supplémentaires