S.p.e-Congo (Society of petroleum engineers) : La problématique de la gestion des eaux dans les champs pétroliers matures

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

La section congolaise de la S.p.e (Society of petroleum engineers) a organisé, du 4 au 6 juin 2012, à Pointe-Noire, un atelier international de travail qui a réuni plusieurs membres de cette association, parmi lesquels une quinzaine d’experts venus des Etats-Unis, des pays du Moyen-Orient, d’Europe et d’Asie. Les travaux de cet atelier se sont particulièrement intéressés à la gestion de l’eau dans les champs pétroliers matures. Une soirée de gala a ponctué cette rencontre au cours de laquelle M. Carrel Pouti a succédé à M. Loris Tealdi au poste de président de S.p.e-Congo.

Le thème des champs matures sur lequel les participants à l’atelier international organisé à Pointe-Noire par S.p.e-Congo ont planché est d’une grande importance, pour la simple raison que plus de 70% de la production mondiale de pétrole provient non pas des nouvelles découvertes, mais plutôt, des champs matures qui produisent, depuis plus de vingt ans. C’est  par exemple, au Congo, le champ «Émeraude» exploité depuis environ 40 ans et pour lequel la compagnie opératrice continue d’investir, pour maintenir la production.
La problématique examinée à cette occasion est relative à la gestion des grandes quantités d’eau qui arrivent des réservoirs, ensemble avec le gaz et l’huile (pétrole brut). Il était, donc, important, pour les participants, de comprendre et d’échanger leurs différentes expériences sur la gestion de ces eaux qu’il faut séparer de l’huile et du gaz, traiter avant de les réutiliser ou de s’en débarrasser.
Avec la tenue de cet atelier international, la section congolaise de la S.p.e commence à affirmer sa maturité et ses capacités opérationnelles. Cela est à mettre à l’actif de son staff dirigeant, notamment Carrel Pouti, Katia Mounthault-Tatu, Ayodeji Abijo et autres, des sponsors fidèles et de l’opiniâtreté de Tony Ogunkoya, futur président de S.p.e-Afrique. Celui-ci a remis sur pied la section S.p.e-Congo qui s’est, depuis lors, agrandie, passant de quatre membres, il y a six ans, à près d’une centaine de membres, aujourd’hui.
Ainsi, pendant le gala offert à l’occasion de l’atelier international, M. Loris Tealdi, le président sortant de S.p.e-Congo, a remercié M. Tony Ogunkoya, pour s’être investi à cette tâche de renaissance de la S.p.e-Congo. M. Tealdi a, surtout, longuement remercié toutes les sociétés pétrolières qui apportent leur soutien à la S.p.e-Congo. «Tous les fonds qui parviennent à la S.p.e sont des donations provenant des différentes compagnies opératrices et de service, sans lesquelles nous ne pourrions  pas exister et continuer à échanger des informations dans le domaine du pétrole. Raison pour laquelle je remercie, du fond du cœur, ces compagnies, à travers leurs représentants, ici présents, qui vont recevoir des prix ou trophées», a expliqué M. Loris Tealdi.
La soirée de gala a marqué la fin des activités de l’année 2011-2012 et le début du mandat de M. Carrel Pouti à la tête de S.p.e-Congo. Ce jeune ingénieur de chez Perenco Congo, dont le mandat court jusqu’en 2013, va apporter son dynamisme, pour exécuter un programme d’activités axé sur plusieurs chantiers. «En plus de poursuivre cet élan déjà engagé à intéresser les jeunes et les femmes aux métiers du pétrole, mon souhait, c’est de pouvoir organiser, régulièrement, des conférences sur des sujets ou des problématiques particulièrement intéressants, pour la production du pétrole au Congo. Je pense à des sujets comme la gestion du gaz sur lequel l’Etat congolais est en train de prendre une réglementation interdisant aux sociétés pétrolières de torcher les gaz d’ici quelques années. Comment les sociétés pétrolières se préparent-elles à cela? C’est un sujet qui peut faire l’objet d’un workshop. Il y a aussi la problématique des huiles lourdes qui sont produites par beaucoup de champs au Congo. Ce sujet peut aussi être un axe de travail. Je crois qu’au cours de ce mandat, nous allons travailler sur des sujets d’intérêt, pour le Congo et aussi travailler à consolider nos relations avec les donateurs», a déclaré Carrel Pouti.
Association des ingénieurs et cadres du secteur pétrolier, S.p.e-Congo est en train de s’affirmer dans la société congolaise comme une association d’utilité publique au regard de l’intérêt et de l’importance de ses activités. C’est du moins l’impression qu’en ont gardée les représentants des administrations publiques invités au gala.

Paul TCHIOMVO

Informations supplémentaires