Sclog (Société commune de logistique) : Le personnel de Brazzaville sensibilisé au V.i.h-sida

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

A l’occasion de l’an 10 de son existence, la Sclog (Société commune de logistique) organise une série d’activités pour marquer, de bonne façon, ce parcours. Parmi ces activités: la séance de sensibilisation au V.i.h-sida, qui a eu lieu le samedi 16 juin 2012,  dans l’amphithéâtre de l’E.s.a.c.c (Ecole supérieure africaine des cadres de chemin de fer), à Brazzaville. Cette séance de sensibilisation, marquant le démarrage de toutes les activités prévues, a été présidée par Mme Olga Akylangongo, directrice de l’administration et des ressources humaines, représentant le directeur général, en présence de Marlon Batisa, responsable du point focal sida à l’UniCongo (Union patronale interprofessionnelle du Congo), et du Dr William Poaty, responsable à la réponse santé, au secrétariat exécutif permanent du Conseil national de lutte contre le sida.

Créée en 2002, la Sclog célèbre son 10e anniversaire, à travers plusieurs activités: tournois de football, de golf, semi-marathon et marche sportive. Plus d’une trentaine de travailleurs sur cinquante que compte Brazzaville ont répondu présents à la séance de sensibilisation au V.i.h-sida. Signalons que la société a un effectif de 137 employés répartis dans différents centres d’activités, à travers le pays, notamment à Pointe-Noire, Dolisie, Mossendjo, Loutété, Oyo, Ouesso, Impfondo et Brazzaville.
La séance de sensibilisation au V.i.h-sida a permis au personnel de la Sclog d’élargir ses connaissances sur le V.i.h-sida. En suivant trois exposés assortis des débats. Les thèmes de ces exposés: «Le préservatif, moyen sûr et efficace de prévention»; «La problématique du «Truvada» comme moyen de prévention» et enfin «L’intérêt du dépistage». Ces thèmes ont été, respectivement, développés par le Dr William Poaty et Marlon Batisa.
Le Truvada est un médicament bien connu des Congolais, depuis un certain temps. Malheureusement, il est l’objet de plusieurs interprétations. D’où des éclairages et des explications sur sa prise.
Eu égard à l’impact économique de la pandémie en milieu du travail, la Sclog a commencé, dès 2007, à s’intéresser aux questions du sida. D’où son engagement, de manière effective, depuis le mois d’août 2008, dans la lutte contre le V.i.h-sida, en adoptant une politique et un programme de lutte contre la pandémie. A ce titre, des pairs-éducateurs ont été formés et, des séances de sensibilisation avec films, des échanges d’expériences avec d’autres entreprises organisées. Par ailleurs, des préservatifs sont, régulièrement, fournis au personnel, à partir des coffrets installés dans les toilettes.
Après les débats, les travailleurs se sont fait, volontairement, dépister, pour marquer la fin de la journée.
Pour Mme Olga Akylangongo, «aujourd’hui, 16 juin 2012 marque le démarrage des festivités du 10e anniversaire, avec cette journée de sensibilisation au V.i.h-sida.  Nous avons voulu démarrer par la sensibilisation au V.i.h-sida, pour marquer notre intérêt à la lutte. Aujourd’hui, la maladie du sida n’est plus une fatalité. La science a fait d’énormes progrès en la matière, et on peut espérer vivre plus longtemps. Et, si nous voulons vivre longtemps, connaissons-nous notre statut sérologique? Si non, la Sclog nous donne l’occasion de le savoir. La Sclog vous encourage à connaître votre statut sérologique, grâce à la séance de dépistage volontaire, de ce jour, avec l’équipe du S.e.p/C.n.l.s.» Marlon Batisa, responsable du point focal sida à l’UniCongo, a, pour sa part, affirmé: «Chaque entreprise qui a des activités de lutte contre le V.i.h-sida a conçu un calendrier annuel, pour les réaliser. La Sclog estime qu’elle peut encourager les employés à connaître leur statut sérologique, pour une prise en charge. Le point focal de l’UniCongo a accompagné la Sclog, pour réaliser cette activité de sensibilisation et de dépistage à l’endroit de son personnel. Le programme de lutte contre le V.i.h-sida au sein de l’UniCongo a démarré en 2002. Aujourd’hui, il y a une cinquantaine d’entreprises engagées dans la lutte contre le V.i.h-sida, ayant des politiques et des programmes de lutte contre la pandémie. C’est un appel que le gouvernement avait lancé aux entreprises, et l’UniCongo (Union patronale interprofessionnelle du Congo) en a fait autant en direction des entreprises membres. Ces dernières se sont approprié cet appel, en mettant en place une organisation». D’où leur fort engagement dans les activités de lutte contre le V.i.h-sida.

Philippe BANZ.