Association Génération Capo : Alexis Ndinga a intronisé le bureau communal de Dolisie

Note utilisateur:  / 2
MauvaisTrès bien 

L’Association Génération Capo s’affirme, de plus en plus, comme une structure citoyenne et politique à caractère national. Ainsi peut-on dire,  suite à la mise en place du bureau communal de Génération Capo-Dolisie, dont l’intronisation a eu lieu, le 11 janvier 2014, sous le patronage de son président, l’honorable Alexis Ndinga, député de la première circonscription de l’arrondissement 1 Lumumba, à Pointe-Noire.

 

Partie du siège national, à Pointe-Noire, une forte délégation de militants et sympathisants de l’Association Génération Capo a accompagné le président Alexis Ndinga, pour la présentation publique et l’intronisation des instances dirigeantes de cette association politique à Dolisie. La cérémonie, qui s’est déroulée dans la salle de conférence de Sala-Ngolo, a drainé une grande foule de militants de Dolisie, venus assister à  l’investiture des membres du bureau communal, par le président Ndinga. Il faut rappeler que les bureaux des deux arrondissements et le bureau communal de Dolisie avaient été déjà intronisés, le 28 décembre 2013, par le secrétaire général de Génération Capo, Martial Odzébé.
Créée à Pointe-Noire, l’Association Génération Capo s’étend, progressivement, à l’intérieur, avec l’implantation du bureau communal de Dolisie, dans le département du Niari. C’est la confirmation du caractère national de cette association politique qui a pour objet, entre autres, de développer des activités économiques et humanitaires au bénéfice de l’ensemble des citoyens, sans discrimination, d’œuvrer pour l’assainissement et la protection de l’environnement dans l’esprit du développement durable et de travailler pour la consolidation de la paix et de l’unité nationale.
Dans son allocution de circonstance, à Dolisie, Alexis Ndinga a confirmé tout l’intérêt que son association attache au développement socio-économique. «Notre programme de formation de 1500 jeunes aux différents métiers, à travers  le département de Pointe-Noire, a déjà démarré. Soit 300 jeunes, chaque année, sur cinq ans. L’expérience que nous avons acquise à Pointe-Noire  va se poursuivre à Dolisie et dans tous les départements du Congo. Notre crédo, au Capo, c’est d’aider à l’insertion et la réinsertion des jeunes, par l’apprentissage d’un métier. Nous sommes donc animés d’un idéal, celui du bien-être de toute la population, en toute fraternité. Notre part de responsabilité sur le terrain sociopolitique, c’est la consolidation de la solidarité et de la paix retrouvée, grâce à l’action du président Denis Sassou-Nguesso», a dit M. Alexis Ndinga.
C’était la réponse appropriée aux  messages des représentants des jeunes et des femmes et aussi des sages qui s’étaient exprimés avant. Ces messages avaient un point commun, celui de leur prise en charge à travers l’apprentissage de petits métiers. «Nous, jeunes de Dolisie, en général, et de Génération Capo, en particulier, sollicitons votre implication personnelle pour notre formation professionnelle aux différents métiers: menuiserie, électricité, informatique, coiffure, couture, maçonnerie, conduite automobile, etc.», avait lancé le représentant des jeunes.
Très clairement, l’Association Génération Capo est ancrée à la Majorité présidentielle. Mais, en œuvrant sur le terrain de la réinsertion socioprofessionnelle et le bien-être des citoyens, elle se démarque de moult associations politiques qui ne passent leur temps qu’à battre le tam-tam  et danser en criant «Oyé-Oyé, Soutien!», à chaque occasion.  La manière de faire de l’Association Génération Capo est la caractéristique de la  nouvelle génération de jeunes politiciens qui impriment une nouvelle manière  de penser et de faire la politique autrement. C’est dans cette optique que se tiennent les «Rencontres citoyennes» qu’organise, actuellement, le président de cette association, Alexis Ndinga. Celui-ci dialogue, échange et communique avec ses mandants…
Pour le cas d’espèce, on reconnait sa fibre de manager d’une entreprise qui marche bien. Comme quoi, à certains égards, il est possible de transposer la bonne gestion d’une entreprise à la gestion intelligente d’une association politique… Dans la ville de Pointe-Noire, Alexis Ndinga n’est pas le seul, heureusement, à avoir cette fibre. A ses côtés, on peut citer, entre autres députés:   Isaac Follo, Nicaise Makosso et Jean-Marc Thystère Tchicaya, qui font la preuve soit d’une bonne gestion de leurs entreprises, soit d’une ingéniosité managériale dans la conduite de leurs associations ou projets politiques. De ce fait, de nombreux Ponténégrins  aimeraient bien les voir  tous faire leur entrée au prochain conseil municipal, afin d’imprimer leur management dans la gestion de la ville de Pointe-Noire. Ces jeunes loups  de la politique à Pointe-Noire devraient, à notre avis, ne pas hésiter à se lancer dans la bataille des prochaines élections locales.
 
Paul TCHIOMVO

Informations supplémentaires